En se basant sur certains renseignements, une équipe de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) du Port, menée par sergent Padiachy et de l’inspectrice Nagiah, se sont rendus sur le parking d’un hôtel à Balaclava hier après-midi.

le dénommé Yamlikah Bin Ibrahim

Les policiers se sont intéressés au chef de sécurité de cet établissement, un dénommé Yamlikah Bin Ibrahim, 61 ans, résidant Goodlands. En apercevant la police, il a nié être trempé dans un trafic de drogue et après une fouille corporelle, rien de suspect n’a été retrouvé sur lui. Sauf que l’ADSU s’est intéressée à son Chevrolet bleu où trois sachets en plastique contenant de 3kg cocaïne ont été saisis. La valeur marchande de la drogue est estimée à environ Rs 45M. Le suspect a été placé en détention policière après son arrestation et il est attendu au tribunal de Pamplemousses ce mardi où une accusation provisoire de trafic de cocaïne sera logée contre lui. Ce n’est qu’après cette étape que son interrogatoire débutera. Pour le moment, les enquêteurs soupçonnent qu’un individu lui aurait remis ce paquet et tout porte à croire qu’il s’agit d’un étranger qui réside dans l’hôtel où il travaille. Le sexagénaire n’a rien voulu dévoiler après son arrestation. Les enquêteurs comptent passer en revue la liste d’étrangers qui ont débarqué dans cet hôtel ces deux derniers jours. Le but est d’établir le profil du suspect potentiel.

D’ailleurs, la police avait saisi 2,6 kg de cocaïne le mois dernier sur un Réunionnais de 18 ans en vacances à Maurice. Selon l’Adsu, la cocaïne n’est pas à la portée de tous et se vend à plus de Rs 15 000 le gramme. D’où un réseau high profile dans le collimateur de la police.

Depuis plusieurs semaines, les Casernes centrales tentent de remonter jusqu’au commanditaire et après l’arrestation de Yamlikah Bin Ibrahim, les limiers tiennent enfin une piste sérieuse. Le nom du sexagénaire avait été cité un temps dans le cadre de l’affaire Christophe Caterino. En l’absence d’éléments contre lui, il n’avait pas été inquiété.