BANQUES AFRICAINES - FORUM À L'HÔTEL WESTIN HIER : Pierre-Guy Noël (MCB) « Prêts à soutenir les opérateurs locaux et africains »

Thierno Sy, banquier du Sénégal : « Maurice présente les caractéristiques d'un hub financier »

Le groupe MCB s'est dit prêt à fournir aux opérateurs économiques locaux et africains, voire mondiaux, des services à la mesure de leurs attentes. C'est ce qui ressort de la déclaration faite ce matin par le Chief Executive du groupe bancaire lors de l'ouverture officielle, à l'hôtel Westin, Balaclava, lors de la 28e édition du Club des Dirigeants des Banques et établissements de crédit d'Afrique. Ce forum, qui s'étale sur deux jours, réunit quelque 25 hauts dirigeants d'institutions financières d'Afrique francophone venus discuter des opportunités d'affaires, en particulier avec Maurice.
S'adressant à un parterre de personnalités – composé entre autres du gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, du managing director du Board of Investment, Ken Poonoosamy, du fondateur et conseiller spécial du président du Club, Alain Le Noir, et de banquiers locaux et étrangers –, Pierre-Guy Noël s'est appesanti sur les différentes étapes de développement de la MCB, faisant ressortir que présentement 90% du bilan du groupe représentent des activités purement bancaires et que celle-ci constitue 90% des bénéfices du groupe. Selon le Chief Executive du groupe MCB, plus de 50% des revenus du groupe proviennent des activités menées hors du pays.
Pierre-Guy Noël a rappelé qu'après l'accession du pays à l'indépendance, en 1968, et avec la stratégie du pays axée sur le développement de secteurs d'activité pourvoyeurs d'emplois, les banques étaient tenues à consacrer environ 50% de leurs portefeuilles de leurs crédits à des secteurs productifs. C'est ainsi que la MCB s'était retrouvée à un certain moment avec environ 40% du montant total des crédits alloués au secteur textile. Avec la libéralisation graduelle de l'économie mauricienne et du secteur financier, la MCB s'est lancée dans la diversification de ses opérations, en particulier hors des frontières mauriciennes. Cette politique de libéralisation économique et financière, a poursuivi Pierre-Guy Noël, a permis au groupe de s'installer dans les îles du sud-ouest de l'océan Indien (Madagascar, La Réunion et les Seychelles) ainsi qu'aux Maldives, d'ouvrir en partenariat avec la Société Générale des agences à Mayotte, à Paris et au Mozambique, des bureaux de représentation en Afrique du Sud, au Kenya et à Paris.
Les activités du groupe, a précisé le Chief Executive, ne se limitent pas aux pays où une présence physique est assurée, mais s'étendent à l'ensemble de la région africaine, notamment sous forme de financement du commerce de produits pétroliers et des secteurs que le groupe bancaire maîtrise bien, tels l'hôtellerie et les infrastructures. Pierre-Guy Noël a soutenu que la MCB est un groupe diversifié, marquant petit à petit ses empreintes en tant que banque d'affaires, dans le domaine de la sous-traitance d'opérations liées à la monétique et des services de consulting.
Intervenant également ce matin, Thierno Sy, directeur général de la Banque nationale de développement économique (BNDE) du Sénégal, a estimé que Maurice présente les caractéristiques d'un hub financier ouvert sur l'Afrique. Il a fait référence, entre autres, à l'environnement des affaires, au cadre régulatoire et juridique dont dispose le pays, qui s'affirme comme la juridiction la plus compétitive d'Afrique, selon le classement du World Economic Forum. Thierno Sy a affirmé que l'Afrique est « un continent d'avenir qui regorge d'opportunités d'affaires ». Il a souhaité que les institutions financières, dont les banques, viennent de l'avant avec des moyens et mécanismes novateurs pour soutenir l'activité économique dans les pays africains.