Respectivement vainqueurs de l’École de basket de Cassis (71-61) et des Roche Bois Warriors (67-46), le Real de Port-Louis et les Mahebourg Flippers ont pris une sérieuse option pour la finale du championnat national de basket-ball de Super League. S’il n’y a pas un revirement de situation lors de ces demi-finales de la manche retour aujourd’hui, tout laisse à croire qu’on se dirige ainsi vers un remake de la finale de 2015: Mahebourg Flippers v/s Real au cours de laquelle, les Flippers ont été sacrés champion de Maurice.
Les tenants du titre ont sorti le grand jeu jeudi dernier au gymnase de Phoenix lors de la manche aller des demi-finales des play-offs face aux RBW. Les Flippers avec une confortable avance de 21 points d’avance aborderont celle du retour avec sérénité tandis que les Rocheboisiens devront sortir un match de fou pour espérer arracher leur qualification. Mais encore, rien n’est impossible. Tout n’est qu’une question de gestion. Chez Flippers, hors de question  de rêver à la finale. Du moins pas maintenant nous laisse entendre son entraîneur Pascal Prayag.
 » On doit d’abord finir le travail. Mais notre tâche dimanche sera compliquée vu que j’ai perdu deux de mes cinq titulaires sur suspension. Je n’ai que sept joueurs éligibles pour disputer la rencontre. On n’a pas d’autres choix on devra faire avec pour valider notre billet pour la finale. Mon équipe devra s’attendre à une atmosphère tendue après ce qui s’est passé jeudi (voir hors texte). Mais avec l’écart que nous avons pris, nous avons de très bonnes chances de poursuivre l’aventure. À nous de gérer maintenant. Mes joueurs devront se montrer à la hauteur », fait-il ressortir.
Idem du côté du Real. Invaincue depuis le début de la saison, le vice-champion 2015 a des arguments solides pour confirmer leur étiquette de favori. Mais avant, il faudra passer le cap EDB. Lors de la manche, la formation de Cassis a donné du fil à retordre à leur adversaire notamment en remportant le premier quart temps (10-13) et le troisième (14-17). Malheureusement pour eux, le Real pratique un basket très agressif offensivement. Ses joueurs qui sont au summum de leur forme lui ont permis de faire la différence.
Mais selon Neva Vadivelloo, le coach du Real, il ne faut pas sous estimer l’EDB.  » Au basket tout peut basculer à n’importe quel moment. Tu peux facilement gagner comme tu peux aussi tout perdre en quelques minutes. Donc, il nous faut rester prudents face à cette équipe de Cassis qui nous ont d’ailleurs causé quelques soucis à l’aller. Mais j’ai confiance en mes joueurs d’autant plus qu’ils ont eu un bon entraînement au niveau physique. On va prendre cette rencontre comme-ci c’était une nouvelle. Avec tout le respect, le Real a les moyens de franchir cet obstacle et d’aller encore plus loin », dit-il.