Un homme habitant à quelques pas du poste de police et de la Rights Management Society, à Beau-Bassin, a été pris en flagrant délit de piratage jeudi dernier. Il a été traduit en cour de Rose-Hill et a ensuite été libéré contre une caution de Rs 10 000. Son matériel de reproduction a été saisi.
Cette intervention fait suite à un travail collectif mené par l’Anti-Piracy Unit (APU) et la Rights Management Society (RMS). Un homme de 70 ans, soupçonné de piratage, a été pris la main dans le sac jeudi dernier lors d’une opération policière. Il fabriquait des copies de CD locaux et internationaux ainsi que des DVD, dont certains à caractère pornographique. Son vidéo club situé à Beau-Bassin a été perquisitionné et des CD et DVD contrefaits ont été saisis.
Lors de cette opération, la police a également confisqué des appareils servant à reproduire des CD et DVD. Pendant un certain temps, cette activité illégale se faisait au nez et à la barbe de la police et de la RMS, celle-ci responsable de la gestion des droits des auteurs mauriciens ainsi que des artistes internationaux sur notre territoire.
L’homme a comparu en cour de Rose-Hill vendredi matin sous trois charges, à savoir Breach of Copyright Act, Possession of unlawful apparatus for making infringing copies of a work et Dealing in obscene matters. Il a été libéré contre une caution de Rs 10 000.
Les artistes, s’élevant contre ce nouveau cas de piratage, réclament des lois plus sévères pour lutter contre ce commerce parallèle, qui affecte leurs activités. Ils ne cachent pas non plus leurs inquiétudes quant à une recrudescence de piratage des oeuvres locales à l’approche de la Fête de Pâques. Les artistes lancent un appel à la police pour une vigilance accrue et au public pour plus de responsabilités.