Navin Ramgoolam, leader du PTr, a dénoncé, vendredi, lors d’un meeting PTr/MMM à Bel Air, ce qu’il juge être la « campagne de peur basée sur l’argumentation communale » de l’opposition à propos du projet de IIe République de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité. A ce propos, le leader du MMM, Paul Bérenger, fait, pour sa part, le lien entre cette « campagne de peur » et celle qui avait été enclenchée, à l’époque, par les anti-indépendantistes.
Navin Ramgoolam devait parler de campagne de désinformation de l’opposition basée, selon lui, sur la peur et l’argumentation communale. Abordant, à cet effet, la question de IIe République, le leader du PTr laisse entendre que, quand il s’adresse à un public donné, le camp adverse laisse entendre qu’avec ce projet, tous les pouvoirs reviendront à lui, Navin Ramgoolam. Face à un autre auditoire, explique le chef de file des rouges, l’opposition fait croire qu’avec la IIe République, c’est le leader du MMM, Paul Bérenger, qui sera le chef suprême.
Pour Navin Ramgoolam, le choix est clair si l’électeur comprend les enjeux. Il rappelle, une fois encore, qu’au moment des discussions PTr/MMM, il avait été, à un certain moment, envisagé que chacun des deux partis aille seul aux élections et décident, éventuellement, de ce qu’il convient de faire après le scrutin. Néanmoins, dit-il, plutôt que cette « voie facile », les deux partis ont choisi d’unir leurs forces compte tenu, explique le Premier ministre, des défis économiques à relever.
« Le monde a changé. Il faut oeuvrer pour une croissance économique toujours plus soutenue. Il nous faut, pour cela, d’une équipe compétente dotée d’un esprit novateur. Nous voulons créer entre 60,000 et 70,000 emplois et faire que l’économie repose sur de nouveaux piliers », explique, à cet effet, le leader du PTr. Navin Ramgoolam évoque le village éducatif de Médine en cours d’aménagement à Cascavelle et qui est appelé à accueillir de grandes écoles de formation.
Il laisse entendre, à ce propos, que le gouvernement a obtenu des promoteurs qu’au moins 2000 bourses de formation soient mises à la disposition d’étudiants démunis économiquement dans ces institutions payantes d’Enseignement supérieur. L’objectif derrière, explique le chef du gouvernement, est d’assurer l’égalité des chances à tous. Navin Ramgoolam qui rappelle que l’Education demeure l’arme, par excellence, contre l’exclusion sociale, cite, à cet effet, l’exemple de Rama Sithanen, de même que celui de sir Seewoosagur Ramgoolam.
Paul Bérenger, leader du MMM, qui était intervenu précédemment, n’a pas, lui, manqué de rappeler à l’assistance présente à Bel Air, vendredi, que c’est la députée sortante du MMM, Françoise Labelle, originaire d’Olivia, village qui fait partie de la circonscription Mantagne-Blanche / GRSE, qui sera appelée à être la première femme Speaker de l’Assemblée nationale en cas de victoire du PTr/MMM aux prochaines élections générales.
« Rassuré de la défaite de SAJ et de XLD »
En fonction des candidats alignés par le PTr/MMM, particulièrement dans les circonscriptions Nos 7 et 18, il se dit, d’ores et déjà, particulièrement « rassuré » de la défaite à venir, selon lui, d’une part, de sir Anerood Jugnauth, de l’autre, de l’ancien « minis du Tourism manzé, boir, diverti », Xavier Duval. Paul Bérenger n’a pas aussi manqué, par ailleurs, de critiquer le fait que des agents du camp opposé du No 10 n’ont rien trouvé de mieux à faire que de peindre des pylônes électriques aux couleurs de leur alliance.
Il a, de même, condamné, une fois encore, les menaces de dirigeants et agents du MSM à l’encontre de journalistes de la MBC dans l’exercice de leurs fonctions. Il s’est demandé, à ce propos, ce que le MSM, au pouvoir, a entrepris en vue de changer les choses à la station de radio/télévision nationale.
Le leader du MMM trouve, lui aussi, que sur la question de la IIe République, le camp adverse ne s’emploie qu’à faire peur. Il ne manque pas, à cet égard, de faire le lien avec la campagne de peur, selon lui, menée par les antiindépendantistes au moment des élections pour l’indépendance. Paul Bérenger rappelle que l’on avait, alors, parlé « d’hégémonie hindoue », et de « famine » à venir avec l’accession du pays à l’indépendance.
Lors de ce meeting PTr/MMM à Bel Air, vendredi, présidé par Ajay Gunness, Washil Maghoo et le Dr Rajendra Mungur, de même que Françoise Labelle se sont aussi adressés à l’assistance. Le ministre Jim Seetaram, était l’unique député sortant présent sur l’estrade où l’on notait aussi la présence de deux autres anciens députés du No 10, Indira Seebun et Vishnu Bundhun.
A un certain moment lors de son intervention, le leader du PTr, Navin Ramgoolam, a fait, explicitement, mention d’Indira Seebun et de Vishnu Bundhun comme autant de personnes qui auraient pu être, de nouveau, candidats. Il n’a, toutefois, pas nommé Jim Seetaram.