Se référant à l’annonce faite par le Premier ministre, de la mise en place d’une commission d’enquête contre Ameenah Gurib-Fakim «pour violation de la section 64 de la constitution», le leader du Reform Party, Roshi Bhadain estime que Pravind Jugnauth «essaie de protéger certains membres de son gouvernement». Ces derniers auraient, selon lui «bénéficié des largesses de l’homme d’affaires Sobrinho.»

À propos de la lettre remise à l’ICAC par le Premier ministre,  faisant état «d’allégations sur les faveurs financières de l’homme d’affaires angolais contre l’octroi de licences», Roshi Bhadain estime que la démarche du PM de confier l’enquête à cette instance est  «une grossière erreur» car l’ICAC, dit- il, «a perdu toute crédibilité auprès de la population».

Le rôle de Navin Ramgoolam dans cette affaire, alors qu’il était Premier ministre et ministre des Finances en 2014, a aussi été passé au crible lors de cette conférence de presse. Roshi Badhain soutient que «c’est Navin Ramgoolam qui a donné son aval pour la signature d’un  Memorandum of Understanding entre l’Angola et la FSC en vue de négocier l’octroi d’une licence à Sobrinho».