BIENTÔT DANS LES BACS : Les albums à ne pas rater

Quatre mois avant que ne s’achève 2017, il est temps d’en connaître un peu plus sur les albums qui sortiront en cette fin d’année et en 2018. Voici une liste d’opus qui ne tarderont pas à être entendus sur les ondes des radios et que vous pourrez vous procurer. Scope vous offre un avant-goût…

Le Kanbar de Maron’er
Jason Lily, que nous avons l’habitude de voir se produire dans les bars de l’île et les festivals, sortira bientôt avec son groupe Maron’er un album nommé Kanbar. “Kanbar, car nous produisons des sons très roots. Le kanbar est un fruit qui pousse sous la terre, comme le manioc.”
Cette nouvelle formation musicale, qui existe depuis 2012, promet d’être fidèle aux sonorités du séga, du seggae et des musiques actuelles. Elle est actuellement en studio et en pleine création musicale. “Nou pe res lor bann ritmik ki ena isi e nou fer bann melanz bann son pou gagn kreasion Maron’er. Nous ne voulons pas précipiter les choses pour ne pas sortir un album bâclé. Nous avons pris notre temps pour travailler sur nos instruments et, ensemble, nous échangeons des idées pour trouver une vraie cohérence et offrir un bel album au public.”


Prophecy, sous le signe de la rébellion

Murvin Clelie sera de retour début octobre avec un second album intitulé Where we belong. “Je suis toujours en studio pour les dernières prises et les voix”, confie le chanteur de 22 ans. Where we belong comprendra seize titres et proposera des chansons ayant pour thèmes la société, la discrimination et l’injustice qui règne à Maurice. “Le public a l’habitude de m’entendre dans un registre très sentimental. Sur mon second album, je serai plus rebelle. Je parlerai certes de l’amour, mais à petites doses. Cet album sera riche, musicalement parlant. J’ai tout osé. Pour la première fois, je proposerai du seggae. Un seggae fait à notre sauce.” Son premier album l’a encouragé à en sortir un deuxième. “Je laisse la surprise à mes fans. Je ne lancerai aucun single avant l’album.”


Hans Nayna, le temps qui passe…

Comme l’indique le nom de son prochain opus, Time Flies, Hans Nayna nous racontera en chansons ce qu’il vit actuellement. “Je me suis inspiré de la folie du temps qui passe, de ce que je vois et de ma vie.” Time Flies sera dans les bacs le 30 septembre. Le même jour, l’interprète du tube Mo lam sera en concert pour le lancement de son album à l’Espace Culturel Malcolm de Chazal (Lycée Mascareignes) à Helvetia, St-Pierre. “L’album sera composé de douze chansons aux influences de blues, de soul et de rock. À la différence de l’album Music for The Soul, je serai un peu plus rock. Je suis réellement passé à autre chose.”
Il dévoile une des chansons de son nouvel album. “Elle s’appelle Time Flies, comme l’album. Elle parle du temps qui passe et surtout des gens…”


Zulu, au rythme de l’Argentine

Tango Blues, le prochain album de Zulu, sortira très prochainement. Il comportera dix titres, dans un style musical bien à lui. Il a écrit presque toutes les chansons, sauf quelques-unes signées Uvi Babajee, manager du Tribu de Zulu. “Au départ, il y avait plus de chansons. Nous avons été contraints d’en enlever quelques-unes. Si je ne vous donne pas de date précise, c’est parce que nous sommes toujours en train d’enregistrer. J’ai dû changer plusieurs studios car je n’étais pas satisfait. C’est normal qu’il y ait du retard. Je n’ai pas envie de sortir un album fait à la va-vite et que je n’aimerais pas. Le peaufinage est important. Je me consacre uniquement à cet album. Je ne sais où donner de la tête en ce moment”, confie le chanteur, qui puise son inspiration de la mer.


Karne Vwayaz, de Jonathan Andy

Avec dix balades, Karne Vwayaz promet d’être un superbe voyage à travers le monde. Jonathan Andy, qui a su charmer le public avec sa chanson Mo sel labri, est prêt à se retrouver sur le devant de la scène après trois ans d’absence. Plutôt discret, il nous confie que ce sera un album mâtiné d’influences de musiques du monde. “Il y aura du reggae mélangé à de la salsa, entre autres. Avec Nurikord Production, cela fait trois ans que nous travaillons ensemble. Nous avons cherché des musiciens un peu partout dans le monde pour nous enrichir d’autres sonorités. Ces musiciens sont du Burkina Faso, de La Réunion, du Portugal, pour ne citer que quelques pays.”