Un séminaire sur le cadre réglementaire de l’énergie renouvelable, la bioélectricité a été tenu ce jeudi à Ebène. Cet évènement intervient dans le cadre de la convention de partenariat tripartite entre le ministère de l’Energie, l’Agence Française de Développement (AFP) et l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de L’Énergie (ADEME), et regroupera environ une cinquantaine des participants, publics et privés, de Maurice et la Réunion.

L’objectif de la convention est de renforcer le dialogue entre acteurs français et mauriciens dans le domaine des énergies renouvelables en zone-non-interconnectée, afin de soutenir la politique publique en faveur des énergies renouvelables à Maurice et la Réunion. Cette coopération est financée majoritairement par le FEXTE, Fonds d’Expertise Technique et d’Échange d’Expériences, de l’AFD. L’ADEME apporte également une partie des financements et assure la maîtrise d’œuvre du programme.

Ivan Collendavelloo, Deputy Prime Minister et ministre de l’Energie, soutient que ce séminaire travaillera sur la biomasse et de la bagasse dans le mix énergétique. « Aujourd’hui, nous avons 11 fermes solaires prévues pour 2019. Les déchets municipaux seront aussi discutés. Je pense qu’il faudra utiliser les déchets afin de les convertir en électricité. Il y a aussi le projet du ministre Prem Koonjoo sur la transformation des vagues en électricité. Bien sûr, nous ne serons pas autonomes toute suite. Nous visons 35% environ et si nous atteignons ce résultat ce sera déjà un grand pas pour le pays », affirme Ivan Collendavelloo.

Des ateliers de haut niveau ont d’ailleurs été organisés dans l’objectif de faire émerger des plans d’action et des groupes de travail international. L’accent sera mis sur les problématiques mauriciennes afin de proposer une feuille de route sur les actions à mettre en œuvre à court, moyen et long terme pour encourager une mobilisation supplémentaire de biomasse, et des tarifs de rachat adaptés au contexte local.