BLANCHIMENT D'ARGENT : Sada Curpen de nouveau sur le banc des accusés

Sada Curpen fait de nouveau face à un procès devant la Cour intermédiaire pour blanchiment d'argent. Son procès a été appelé ce matin en proforma pour la première fois devant la magistrate Renuka Dabee. Sada Curpen répond d'une charge de “money laundering”. Il a plaidé non coupable et son procès a été fixé pour être entendu le 7 juillet. À l'appel de l'affaire ce matin, l'avocat de Sada Curpen, Me Assad Peeroo, a informé la cour qu'un “prohibition order” pèse sur son client mais que ce dernier a obtenu l'autorisation de la cour pour effectuer un voyage en France du 22 mars au 22 avril. Le 7 mars 2010, Sada Curpen avait été arrêté à l'aéroport de Plaisance avec une somme de 28 800 et 43 550 euros dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Denis Fine.
Rappelons que le 12 janvier de cette année, la Cour intermédiaire a blanchi Sada Curpen dans le meurtre de Denis Fine. La cour avait établi qu'il n'y avait aucune preuve démontrant que Sada Curpen avait appelé Polocco pour lui demander « d'éliminer » Denis Fine. Christophe Legrand, Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, et Sada Curpen, étaient accusés d'avoir comploté pour nuire à Denis Fine, un Mauricien établi en France abattu d'une balle dans la tête dans la nuit du 3 janvier 2010 à Pamplemousses. Le magistrat Appadoo devait conclure qu'il n'a pu être prouvé que c'est Sada Curpen qui avait téléphoné à Polocco pour lui demander d'abattre Denis Fine. Des cellulaires interceptés à la prison, d'où il aurait prétendument appelé Polocco, n'avaient pas été saisis sur Sada Curpen mais sur un autre détenu. De plus, les relevés téléphoniques présentés en cour n'ont été d'aucune aide en vue de prouver que Sada Curpen était en communication avec Polocco.