Cette côte du sud hébergent plusieurs hôtels et est généralement prisée par les touristes
  • Coronavirus/Brexit, un monstre à deux têtes

Après un mois de décembre plus que morose, 2020 a démarré sur une note amère pour les opérateurs touristiques.

Outre le Brexit qui affecte depuis plusieurs mois le flux de passagers britanniques vers le pays, le coronavirus entraîne maintenant le secteur dans un autre défi difficile à surmonter, surtout à court terme.

Ce double défi a d’ailleurs eu des effets sur les titres hôteliers et la compagnie d’aviation nationale en Bourse ce lundi. Car cette séance revêtait un cachet particulier, se tenant au lendemain des mesures drastiques annoncées par le Premier ministre pour lutter contre le virus, et étant également la toute première séance post-Brexit à la Bourse de Maurice.

Lundi, les valeurs du secteur Travel & Tourism ont pris un coup. Le secteur hôtelier dans son ensemble a cédé 0,9% et est demeuré morose.

De son côté, Air Mauritius qui a revu son programme de suspension de vols le 2 février dernier a reculé de 0,3% lors de cette séance boursière de lundi. Toutes les valeurs hôtelières ont clôturé la séance en territoire négatif.

Axys Stockbroking explique que Sun Ltd a perdu 2,2%, NMH a cédé 1,2% et Lux 0,8%. D’ailleurs Sun et NMH faisaient partie des “laggers” sur le marché officiel lundi, selon le dernier bulletin d’Axys Stockbroking.

Et pendant que les titres hôteliers étaient en berne, d’autres valeurs, notamment celles de Quality Beverages et Mauritius Union Assurance, progressaient de 2,4% et 2,2% respectivement, tandis que les compagnies du secteur financier (banques et Non banking financial companies) ont constitué 50% du “total market turnover”.