John Colin et Judex Bazile au micro de la presse internationale dans la zone mixte

Dans le camp mauricien, on a poussé un gros ouf de soulagement lorsque le speaker a annoncé le coin bleu, avec décision unanime de juges en faveur de John Colin. On a vu Judex Bazile esquisser un sourire alors que le représentant mauricien dans la catégorie des -60 kg quittait le ring. En effet, l’entraîneur national tout comme le DTN, Robert Ibanez, avaient perdu la parole et le sourire depuis qu’un à un leurs boxeurs quittaient la compétition. Cette victoire de John Colin contre le Tongien Tuihalangingie Vea redonne de l’espoir.

John Colin avait pour ainsi dire une revanche à prendre. C’est avec peine qu’il a assisté à la défaite de son frère, alors que Richarno Colin avait le combat en main. Ce matin, c’est un John Colin concentré qu’on a vu entrer dans l’Oxenford Studio pour se préparer pour son combat. Durant toute la route vers les studios, son frère était à ses côtés. Une fois le combat annoncé, ce dernier avait pris place dans les gradins et n’arrêtait pas de trépigner sur son siège. À tel point qu’un préposé a fini par lui dire de s’asseoir.

Mais c’était peine perdue, car une fois le combat lancé, on avait l’impression que c’était Richarno Colin qui était l’entraîneur. « Gos, gos ! Pa ouver ! Zwe ar li lwin. Direk ! » pouvait-on entendre. Pour cause, sur le ring, John Colin assurait. Le Tongien n’était pas à son niveau. Dès le coup d’envoi, le Mauricien devait asséner un direct qui a fait vaciller Tuihalangingie Vea.

Richarno Colin, éliminé hier, était dans les gradins pour soutenir
son frère. Il n’a pas hésité à jouer à l’entraîneur

Ce dernier boxait étrangement, avec une garde abaissée, et malgré les coups à répétition de John Colin, il ne changeait pas de stratégie. Au 2e round, c’est à nouveau un John Colin appliqué qu’on a vu sur le ring et surtout qui écoutait les directives de ses entraîneurs. « La consigne au départ était qu’il travaille sa technique face à un adversaire qui est un cogneur, surtout avec des coups de loin. Même s’il n’a pas tout respecté, il a écouté à 70% ce qu’on lui disait », souligne Judex Bazile.

En effet, après les résultats de ces deux derniers jours Judex Bazile était un homme inquiet. Car les défaites encaissées par ses boxeurs étaient suffisantes pour être pessimiste sur l’issue d’un combat entre John Colin et Tuihalangingie Vea. « Cette victoire à l’unanimité me rassure pour la suite », avance-t-il. « Je suis content pour mon équipe et moi-même. Il était temps qu’un boxeur dispute les quarts de finale. Maintenant, je dois me concentrer sur mon match contre l’Irlandais », déclarait John Colin.
Il disputera en effet les quarts de finale mercredi contre l’Irlandais James McGivern, qui a battu pour sa part le Zambien Emmanuel Ngoma.