Salim Muthy, suite à sa déclaration du 1er mai concernant la manifestation au Centre Swami Vivekananda le 8 mai, lors de la visite de Ban Ki-moon, SG de l’ONU, si le ministre Roshi Bhadain ne fait pas de déclaration officielle annonçant qu’il payerait les victimes de la Bramer Assets Management et Super Cash Back Gold, remercie ce dernier d’avoir maintenu son engagement au parlement.
Salim Muthy déplore néanmoins que des zones d’ombre persistent, notamment au niveau du paiement du bonus sur lequel le ministre de la Bonne gouvernance n’a pas réagi. « Le National Property Fund a demandé aux victimes de l’affaire BAI de signer un document pour accepter que leur bonus soit enlevé. Or, les victimes pensent que si on leur enlève le bonus, ils devront payer le capital. On réclame une réaction du ministre Roshi Bhadain à ce sujet. »
Le porte-parole indique que 5 371 clients du Super Cash Back Gold attendent leur paiement alors que 233 d’entre eux ne sont pas éligibles. Il poursuit que 536 cas ont été confiés à la Financial Intelligence Unit. Dans le cas du paiement pour les 3 021 clients de l’ex-Bramer Assets Management, 979 ont déjà été remboursés. Il reste donc 1 889 personnes qui attendent leur dû. Or, parmi, 133 cas ont été référés à la FIU. « Il y a 11 000 personnes qui ne seront pas remboursées, car une enquête est en cours à la FIU. Ces gens sont dans une souffrance, ils sont dans l’incertitude de ne pas pouvoir toucher un sou de leur argent et vivent un traumatisme. Le ministre Bhadain n’a pas mentionné ces cas au parlement ni même s’il enlèvera le bonus. Il faut aussi parler aux personnes qui sont au National Property Fund en leur demandant d’adopter un ton moins arrogant envers les victimes de l’affaire BAI. On demande des éclaircissements à ce sujet. »