David William, âgé de 35 ans et habitant Bramsthan, a été tué dimanche après-midi par Louis Dario Marcus Calou, un vigile de 50 ans habitant Bel-Air-Rivière-Sèche. Au cours de son interrogatoire, ce dernier a allégué verbalement que c’est le trentenaire qui l’avait provoqué et lui avait donné des coups de poing.

« Mo ti ziss anvi koz ar li pou dir li aret frekant mo madam ! » Cependant, la CID de Flacq peine à croire à sa version des faits car il était en possession d’un couteau et avait également pris en filature David William. « Kouto-la mo gard pou mo proteksyon sa », a-t-il déclaré à la police.

Le vigile a été traduit au tribunal de Flacq hier, où une accusation provisoire d’assassinat a été retenue contre lui. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle, il demeure en détention préventive. Il devra donner sa déposition par écrit aujourd’hui même s’il a avoué le crime.

Selon la police, David William, père de deux enfants de 8 et 18 ans, s’était séparé de son épouse. Il entretenait une liaison avec la femme de Dario Calou. Ce dernier était au courant de cette relation extraconjugale et aurait tenté à plusieurs reprises de raisonner sa conjointe, mais sans succès. Cette dernière avait même quitté la maison pour aller vivre avec le trentenaire.

« Plizier fwa, Marcus inn vinn rod David ek kouto kot li. A koz sa mem li pa ti pe tro sorti dan lakaz. Sispe la ti touzour ena move lintansyon. Li ti pe vey David. J’avais déjà prévenu David, qui s’était amouraché de cette femme, de faire très attention car cela pourrait finir mal pour lui », a raconté un cousin de la victime au Mauricien. Selon cette même source, David était sorti de chez lui dimanche après-midi pour se rendre à la boutique et acheter de la bière après avoir préparé un biryani pour le dîner. Le suspect, qui a été aperçu très tôt dans le village sur une motocyclette hier, avait pris David en filature avec un couteau à la main.

Des voisins, qui ont assisté à la scène, dont un oncle de David, ont essayé d’intervenir pour empêcher le quinquagénaire de commettre l’irréparable. Mais il était trop tard, David ayant été mortellement poignardé par le vigile Marcus Calou. Après avoir commis son crime, le suspect a téléphoné à son épouse pour lui dire d’aller chercher le cadavre de son amant dans une ruelle. Sans perdre de temps, les proches se sont précipités sur les lieux et ont trouvé la victime gisant dans une mare de sang sur l’asphalte. L’autopsie du Dr Maxwell Monvoisin, Principal Police Medical Officer, a attribué ce décès à une “stab round to the chest”.

Alertées, la police et la CID de Flacq se sont rendues sur place et ont mis la main sur le suspect dans la région de Bel-Air-Rivière-Sèche. Les éléments de l’Anti-Robbery Squad de la Eastern Division ont trouvé un couteau sur le lieu du drame. L’objet a été mis sous scellés et envoyé pour analyse au Forensic Science Laboratory. Interrogé, le suspect est passé aux aveux et a confié aux enquêteurs qu’il n’avait pas accepté que son épouse quitte le toit conjugal pour aller vivre chez David William. Ce dernier, maçon de profession selon son cousin, était « très populaire » dans le village de Bramsthan.

Liliane William, la mère de David, avait en maintes occasions supplié ce dernier de prendre ses distances avec sa compagne. « Akoz Marcus vinn souvan devan so lakaz pou dir David kit so fam parski li anvi so fam retourn ar li akoz zot de zanfan », dit-elle. L’enquête se poursuit sous la supervision du surintendant Banarsee.