A BRAS D'EAU- Forêt ou énergie éolienne: le bras de fer

Une compagnie française, Aerowatt (Mauritius) Ltée, représentée par Cyril Oudin, a obtenu le feu vert pour la construction d'un parc éolien à Bras d'Eau en dépit des craintes exprimées par Alix Perrier qui a exprimé son désarroi sur notre site LEMAURICIEN.COM après l'appel du NESC pour sauvegarder la forêt mauricienne. Cette dernière habite à proximité du site et redoute les effets néfastes sur sa santé déjà fragile mais surtout sur l’environnement, la richesse par excellence de notre pays. Furieuse dans le bon sens du terme, cette amoureuse de la forêt se dit prête à aller jusqu'au bout, en passant par la justice pour faire arrêter ce massacre. "C'est de l'hypocrisie pure et simple. J'ai tapé à toutes les portes possibles mais très peu de personnes ont répondu. Cela démontre fort bien la mentalité mauricienne", dit sans ambages Alix Perrier. Si elle a lu avec intérêt le dernier rapport du National Economic and Social Council (NESC) publié sur le site du Mauricien, le 5 juillet, qui fait état de la disparition alarmante des verdures, notre interlocutrice n'est pas restée sans rien dire. Dans son commentaire en bas de l'article, elle rappelle son combat acharné pour sauver "le sort réservé à la forêt d'Eucalyptus et autres arbres entre Roches Noires et Bras d'Eau".

Cela fait bientôt neuf mois qu'Alix Perrier, 59 ans, se donne corps et âme pour sauver l'unique forêt qui reste à Bras d'Eau. Ses démarches entreprises jusqu'ici ont porté très peu de fruits, puisque l'entreprise qui compte construire un parc éolien a obtenu l'aval des autorités pour aller de l'avant avec leur projet. Si le ministère de l'Environnement et l'entreprise défendent bec et ongles ce projet qui s'inscrit dans une logique en vue de réduire notre dépendance à l'énergie fossile, il n'en demeure pas moins que ce projet est sans impact. Or, les protestataires s'interrogent sur la nécessité de détruire la forêt à Bras d'Eau, alors que d'autres sites existent.

Aérowatt a obtenu depuis octobre 2010, l'aval du gouvernement pour installer un parc éolien de 18 mw à Plaine des Roches. Le parc comportera 18 turbines de 101 mètres de haut. Craignant les répercussions néfastes de ce parc sur la forêt de Bras d'Eau, récemment décrétée parc national, ne soit dénaturée, et sur les habitats des oiseaux et sur des chauves-souris protégées par la loi et les cateaux verts, Alix Perrier a, après s'être documenté sur les répercussions de l'énergie éolienne, soumis en octobre et décembre, pas moins de deux rapports complets au ministère de l'Environnement pour s'opposer au projet. Selon elle, la Mauritius Wildlife Foundation (MWF) s'est elle aussi sévèrement opposée au projet en raison des oiseaux qui y vivent. Contacté au téléphone, vendredi matin, un des responsables de la MWF n'a pas souhaité faire de commentaires affirmant qu'il n'avait pas suffisamment de temps pour le faire.
"Je trouve que tout le monde s'enflamme et tout cela ne fait qu'un feu de paille. Il est vrai que les mots: environnement, développement durable sont très en vogue en ce moment, chacun veut faire son petit rapport mais quid de la réalité sur le terrain?", se demande-t-elle. Depuis une dizaine de jours, le terrain commence à être défricher. Alix Perrier ne sait plus à quel saint se vouer. Elle craint de plus en plus pour sa santé et redoute la pollution sonore, les infrasons et les répercussions sur sa santé habitant à proximité, à savoir 250 m du site. Pour soutenir ses arguments, la protestataire s'est armée des coupures de presse pour montrer que les parcs éoliens sont décriés à travers le monde. Elle cite à titre d'exemple la fermeture d'un parc à Sainte-Rose à la Réunion. Elle soutient toutefois qu'une étude réalisée, en 2005, par l'Académie de Médecine de France, révèle qu'une distance de 1.5 km doit séparer les parcs des zones résidentielles en raison des conséquences que cela peut engendrer sur la santé de l'homme.

Etant propriétaire d'un verger dans sa cour, Alix Perrier craint également que la poussière ne vienne se déposer sur ces arbres fruitiers, surtout durant le déblayage. De plus, l'installation des turbines nécessiteront des travaux de déblayage qui imapacteront sur les nombreuses caves et "lavatunnels", habitats des chauve-souris. Elle émet aussi des réserves sur les risques d'accidents qui peuvent être provoqués par les lames des turbine en cas de vents violents. Alix Perrier rappelle aussi que les turbines peuvent causer des interférences électromagnétiques.

Malgré tout ce que Aérowatt et les autorités peuvent dire, d'autres alternatives existent pour cette amoureuse de la forêt. "Les éoliennes sont de plus en plus décriées de par le monde, à Maurice nous avons de la chance d'avoir d'autres alternatives : énergie solaire, bagasse etc. Arrêtons le massacre de nos forêts et que les autorités choisissent d'autres sites plus appropriés pour ce genre d'installation", ne cesse-t-elle de dire.

Peur de l'inconnu?

Dans une correspondance à Week-End, Cyril Oudin tient à préciser quelques "faits historiques et vérités qui sont volontairement cachés par ce petit groupe de personnes menées par Mme Perrier". Si Alix Perrier soutient qu'elle a rencontré Cyril Oudin une fois en présence de certains habitants, à son domicile, ce dernier soutient par voie de correspondance, à Week-End, que ses invitations sont restées sans réponse. "Toutes les parties étaient invitées afin d'avoir un consensus, mais jamais ce petit groupe n'a daigné se manifester lors de nos présentations publiques, il préfère jouer sur la peur de l'inconnue. Malgré cela, nous avons tenu compte de leur remarques en éloignant les éoliennes à plus de 510 m de la première habitation, alors que nous satisfaisions toutes les conditions à 200 m", assure-t-il. Le partenaire mauricien poursuit en affirmant que toutes les études ont été validées, que leurs critères vont bien au-delà de la législation Mauricienne. "D'ailleurs, le ministère de l'Environnement nous a délivré l'Environment Impact Assessment (EIA) sans aucune objection de plaignants auprès du tribunal d'Appel et encore une fois Mme Perrier n'a pas manifesté sa présence", maintient-il.

L'eucalyptus, pas une plante menacée,selon le  ministère de l'Environnement

Pour le ministère de l'Environnement, tout comme pour Cyril Oudin, l'eucalyptus n'est pas une plante endémique, encore moins menacée. "L'implémentation de 18 éoliennes nécessitent plus ou moins 10 arpents de terrains plats sur une surface totale de plus de 1 500 arpents disponibles, vous conviendrez donc que l'eucalyptus n'est pas une plante menacée", écrit Cyril Oudin dans une correspondance à Week-End.

Visiblement agacé par les "agissements de Mme Perrier", le partenaire mauricien précise qu'une étude indépendante réalisée pendant deux ans sur leur ferme éolienne de Sainte Suzanne à la Réunion, n'a démontré aucun oiseaux mort au pied des éoliennes. Malgré cela, dit-il, ils ont pris l'engagement ferme de faire un suivi auprès des autorités sur ce sujet. Un argument fortement soutenu par une source officielle du ministère de l'Environnement qui soutient que la mort de quelques chauve-souris, pourtant protégées par la loi, ne serait pas de trop, puisqu'ils sont de véritables nuisances aux arbres fruitiers.
Concernant la pollution sonore, Cyril Oudin assure que l'entreprise a pris des engagements stricts en modifiant l'EIA pour placer les éoliennes à plus de 510 m de la première habitation en respectant largement la législation sonore autorisée. "Pendant les visites de nos fermes éoliennes existantes, les habitants sont très surpris du faible niveau sonore au pied des éoliennes, c'est une affirmation utilisée pour créer l'inquiétude. Par contre, on ne peut pas, comme demandé par ce petit groupe, être un magicien en faisant disparaitre l'impact visuel de l'éolienne, au contraire, ce sera un élément phare, une autre réalité différente pour produire l'électricité renouvelable à Maurice, cela dans le contexte de Maurice Ile Durable (MID)", avance-t-il.

Enfin écrit Cyril Oudin, il est complètement faux de dire qu'Aérowatt envisage de construire une concasseuse sur le site. Au contraire, précise-t-il, afin d'éviter l'usage de camions de transport de roches, nous avons pris la décision d'utiliser une concasseuse mobile temporaire (de la taille d'un Caterpillar) sur une période très limitée avec un buffer zone de 1 km de distance par apport à l'habitation la plus proche. "Toutes les précautions nécessaires ont et seront prises afin que ce projet soit exemplaire à tous les niveaux cela dans la plus grande transparence", maintient-il.

Or pour le petit groupe de protestataires, il existe une politique de deux poids, deux mesures à Maurice. D'un côté, l'on encourage fortement la culture des arbres et arbustes le long des routes et de l'autre côté l'on abat le peu de forêt qu'il nous reste.
 

Commentaires

l'énergie éolienne en elle-même n'est pas mauvaise. c'est sa mise en oeuvre qui est critiquable. Pourquoi diable venir poser ces grands moulins au beau milieu d'une des rares forêts du pays, site protégé qui plus est ! Ce ministère de l'environnement marche sur la tête !

Comme cela est désolant de voir comment un si bel endroit va perdre de son charme et de sa tranquillité...pourquoi venir installer des parcs éoliens dans des endroits inappropriés, alors qu'il y a tellement de champs de cannes. Je ne sais pas si vous(lecteurs)avez-vous déjà fait une promenade, ou marche dans la foret de Bras d'Eau, mais c'est une region qui est encore sauvage et naturel, loin de tous ces centres commerciaux, de tous ces projets ou on bétonne et dévisage encore un peu plus notre nature. Allez en famille cueillir des goyaves, fraises des bois et allez voir les coqs des bois se balader d'arbre en arbre,avant que cela ne disparaisse a tout jamais et que l'on ne puisse plus que voir d'horribles moulins métalliques tournant sans cesse leurs bras au grès du vent.
Vouloir développer des énergies renouvelables ne veut pas dire détruire ce que l'on a de plus cher au monde (notre nature)sous prétexte de vouloir produire de l’énergie non polluant...non polluant mais a quel point? Ne faisons pas n'importe quoi avant qu'il soit trop tard...

C'est pas possible de faire un projet pareil a bras d' eau, deja qu' il a tres peu de foret dans le nord de ile...

La forêt mondiale absorbe un tiers du CO2 émis par les combustibles fossiles dans l'atmosphère, selon une étude internationale qui alerte, en parallèle, sur les conséquences dramatiques de la déforestation dans le contexte du réchauffement climatique. Si demain on arrêtait la déforestation, les forêts existantes et celles au stade de la reconstitution absorberaient alors la moitié des émissions des combustibles fossiles, souligne Joseph Canadell (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation), co-auteur de l'étude publiée par la revue américaine Science. Les forêts de la planète absorbent 2,4 milliards de tonnes de carbone (soit près de 9 milliards de tonnes de CO2 par an) par an, selon cette première étude chiffrée de la contribution des forêts boréales, tropicales et des régions tempérées au cycle du carbone. (Voir JDLE)

LeFigaro.fr
http://www.lefigaro.fr/environnement/2011/07/15/01029-20110715ARTFIG0057...
Les forêts sont indispensables pour absorber le CO2
Par Marielle Court 15/07/2011 | Mise à jour : 21:18 Réactions (70)
La forêt amazonienne. Crédits photo : ANTONIO SCORZA/AFP
La lutte contre la déforestation permettrait de stocker la moitié du CO2 d'origine fossile.
Chaque étude le confirme un peu plus: le rôle de la forêt est essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique et l'acidification des océans provoqués par les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.
Les forêts du monde entier absorbent en effet un tiers du CO2 (dioxyde de carbone) émis par les combustibles fossiles (pétrole, charbon). Mais elles pourraient être plus efficaces s'il n'y avait pas de déforestation, souligne une étude publiée vendredi dans la revue Science. Ce travail qui porte sur la période 1990-2007 a été mené par des équipes du monde entier.
On estime que la destruction des arbres produit environ 20% des émissions mondiales de CO2. L'étude montre que le volume de carbone ainsi émis est contrebalancé par celui absorbé par les forêts primaires mais également par la repousse d'arbres sur des surfaces auparavant réservées à l'agriculture, notamment en zone tempérée. «Dans ces régions le puits de carbone s'est accru de 17% entre 2000 et 2007 comparé à la période 1990-1999», rappelle l'étude. Sans la déforestation qui touche surtout les bassins tropicaux (Amazonie, Congo, Indonésie), «les forêts existantes et en régénération absorberaient la moitié des émissions des combustibles fossiles», explique l'un des auteurs et non pas un tiers comme actuellement. La lutte contre la déforestation en zone tropicale est d'autant plus importante qu'en 2005 l'équilibre a été rompu dans la forêt amazonienne. Frappée par une sécheresse exceptionnelle, cette dernière est devenue émettrice de carbone.
La forêt au coeur des négociations sur le climat
On évalue à 4 milliards d'hectares la surface forestière dans le monde. Environ 44% du carbone est stocké dans le sol, 42% dans les arbres, 8% dans le bois mort et 5% dans l'humus. D'un point de vue géographique, plus de la moitié des forêts se trouvent en zone tropicale, 32% dans les régions boréales et le reste en zone tempérée.
La densité de carbone stockée dans une forêt tropicale et dans une forêt boréale est à peu près la même, rappelle l'étude, mais ce stockage ne se fait pas au même endroit. Environ 60% du CO2 est retenu dans le bois pour les forêts tropicales et 32% dans le sol, c'est l'inverse pour les forêts boréales (20% dans la biomasse et 60% dans le sol).
La forêt est au coeur des négociations internationales sur le climat. Un accord est intervenu à Cancun (Mexique) l'an dernier pour aider financièrement les pays où se trouvent les forêts tropicales en échange de leur préservation.

"Si le ministère de l'Environnement et l'entreprise défendent bec et ongles ce projet qui s'inscrit dans une logique en vue de réduire notre dépendance à l'énergie fossile, il n'en demeure pas moins que ce projet est sans impact."

C’est se payer la tête des citoyens que de prétendre que l'éolien participe à la réduction de l'énergie fossile comme il est tout à fait irresponsable d'affirmer que de tels projets sont sans impact. Partout dans le monde s'élèvent des voix d'opposition, dénonçant avec fermeté, bilans & rapports à l'appui, que l'éolien industriel n'est qu'une escrologie ficelée & huilée par des intérêts privés qui n'ont absolument rien à voir avec une réelle écologie. C’est même intérêts privés sont totalement financés par les fonds publics (c'est-à-dire NOUS !)
Depuis que l'éolien industriel existe, a-t-on diminué notre dépendance à l'électricité? Non bien sur! A-t-on diminué les GES (gaz à effet de serre)? Non bien au contraire, ils ont augmenté de près de 20%.
L’énergie est un bien commun de l’humanité. Elle doit être soustraite à la logique du profit, pour permettre la mutation de notre société vers une société économe, dans l’esprit d’une plus grande justice sociale. Or c’est tout le contraire qui se passe aujourd’hui, ce sont ceux qui prônent l’éolien industriel à tout va, qui dictent les choix, quand ce n’est pas les lois !
Dans le rapport du Conseil d’Analyse stratégique, des Services du Premier Ministre de Décembre 2009, Le Pari Éolien. (p18). On peut y lire :
« Clairement, affecter des fonds publics au développement de l’éolien industriel terrestre est une erreur économique si l’on veut vraiment éviter des émissions de gaz à effet de serre »,
Cherchez l’erreur !

Quelle honte ! Année 2011 : année mondiale de la forêt ? Et une entreprise française va saccager la forêt mauricienne pour une énergie qui ne répond qu'à un lobby inavouable. Une forêt détruite à tout jamais, car contrairement à ce que prétendent les promoteurs, au sujet de cette energie bidon et coûteuse, le démantèlement n'enlèvera pas les tonnes de béton qui seront coulées dans le sol pour fixer ces ventilateurs géants, de production très aléatoire. Alors que la forêt est le plus gros capteur de CO2 et que le devoir de l'homme est de la protéger... chapeau Mme PERRIER et courage dans votre combat légitime.

Il faut cesser de donner aux français, par peur et complexe, le droit d'exploiter les richesses de notre pays. La France exploite déjà notre île Tromelin et nos eaux territoriales. Il faut que tous les patriotes mauriciens protestent énergiquement contre ce scandale!!! Soutenons-tous l'initiative et l'action de Alix PERRIER pour la protection de notre site Bras d'Eau!!!

In his foreward to the " State of the Environment in Mauritius " prepared for the 1992 United Nations Conference on Environment and Development, Rio de Janeiro, the then Prime Minister - Sir Aneerood Jugnauth wrote: " My government is committed: (a) to care for the natural environment, (b) to protect the health and welfare of Mauritians; and (c) to preserve the quality of our national and international commons.....Mauritians, by their nature as well as because of their cultural heritage, have a greater appreciation of the linkages between environment, economic development, quality of life, social and cultural values, economic, commercial, business and governmental decision-making. It is for this purpose that we must work together to achieve sustainable development, and prepare for a prosperous future based on a healthy environment."
Presently, as The President of the "Paradise Island", his thoughts on the on-going destruction of the local environment will be most valuable.

I support you Alix Perrier.
Where there is money involved, people doesn't care about our forests anymore.

Pourquoi c'est toujours les contestataires qui écrivent dans les forums ? Moi qui suit pour ce Projet, j'ai aussi le droit à la parole.
Enfin un parc éolien à l'Ile Maurice. Nous avons 10 ans de retard sur la Réunion et 6 ans sur... Rodrigues, notre petite soeur. Alors je dis tout haut aux conservateurs "coincés" de notre ile (certains disent parfois "peuple admirable") que leurs remarques cachent une certaine hypocrisie. On se dit protecteur de l'environnement mais on applaudit pas un Projet qui va dans ce sens. On critique un Projet qui va dans nous faire diminuer notre dépendance sur l'énergie fossil. On se dit "protecteur de la foret, mais on roule de gros 4 x 4 parceque c'est moins cher et qu'on récupère la VAT, ensuite, en oubliant qu'il pollue plus. On continue à acheter le petit sac en plastique aux caisses d'hypermarchés, parceque c'est pas cher, alors qu'à Mayotte (par exemple), ces sacs sont interdits depuis 2007. On fait publier des articles dans les journaux (bourrés d'inexactitudes), sans connaitre le Projet lui-même et on implique des journalistes qui ne vérifient pas leurs sources (mais ça, c'est la bonne vieille habitude de nos journalistes) en publiant des photos de fondations d'éoliennes de 150 metres de haut alors que les éoliennes seront que de 65 à 70 metres seulement). On vient affirmer que les pales vont tuer les oiseaux alors que ces mêmes pales tueront moins d'oiseaux (par an) que les écoliers du coin avec leurs flèches (par jour). Ok, certains disent que le Projet est louable, mais que ce n'est pas l'endroit pour le faire. Alors faut-il déplacer le Projet ailleurs ? Ces gens se sont-ils posés la question ? Et le vent. Faut-il les rappeler qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes. Savent-ils que le promoteur étranger qui va investir dans un tel projet, a fait une étude de mesure sur 2 ans sur plusieurs sites et que celui de Bras D'Eau est le meilleur. Cet investisseur ne va certainement pas investir dans un Projet éolien dans un endroit sans vent, pour faire plaisir au Gouvernement Mauricien.
Pour finir, je dirai que l'impact "infime" que ce Projet va avoir sur notre environnement ne pèse pas bien lourd sur ce que ce Projet apportera tant sur l'image de notre Ile en montrant notre volonté à promouvoir l'énergie verte et diminuer l'énergir fossile. Quand le Projet sera monté, et les éoliennes debouts, la nature re-prendra sa place et on ne parlera plus d'impact négatif mais d'un Projet "vert" qui engendra d'autres. Nous avons le vent, il faut en profiter.
Alors, aux pseudos protecteurs, allez dépenser votre énergie "verte" sur d'autres sujet plus environnemental comme les sacs en plastique d'hypermarchés, les plages en décrépitude, les véhicules polluants détaxés etc etc.

Cher jean Luc, s’il y a jusqu’ici eu que des contestataires pour commenter le projet d’éolien à Bras D’eau, c’est que jusque à, il n’y avait que des patriotes pour défendre l’intégrité des rares territoires naturels contre la technologie corruptrice. On croirait lire une photocopie des arguments de Cyril Oudin. Vous semblez êtes un des leurs. L’êtes-vous? Rassurez-nous et confirmez que vous êtes un pur et pas une éolienne poussée par le vent d’Aerowatt.

Quand vous consommez votre papier dans votre imprimante, vous pensez certainement au territoire naturel de notre planete a tous. Et quand vous arborez vos bijoux, vous pensez certainement au petit chinois de 12 ans qui risque savie dans une mine pour vous. Je ne suis pas un des leurs, mais je suis POUR l'énergie verte et je pense que pour le faire il y a des dommages collatéraux inévitables. Simplement, il faut les minimiser. Mais, vous les soi-disants puristes, vous voulez du 100% (sans dommage). Vous etes très loin de la vérité et vous mentez pour prouver vos dires.

Les forums de discussions du Mauricien.com sont ouverts à tous et vous êtes pour l’instant le seul à approuver une telle démarche, ce n’est certainement pas le fait du hasard. Quant au retard sur les 2 iles voisines, il est encore une fois pas imputable à la presse mais sans doute aux discussions préalables entre décideurs politiques, avides de commissions, et promoteurs cherchant par TOUS les moyens de garantir des retours sur investissement conséquents. Car à part vous personne ne pense une seconde que la démarche Aerowatt, et des autres qui suivront, s’inscrit dans une logique d’aide à notre pays mais bien celle de rentabiliser son entreprise et de maximiser ses profits.
Le débat est un élément important et je vous invite a consulter l’internet et vous verrez que partout dans le monde ou l’on veut installer des éoliennes les approbations passionnées (énergie propre), comme vous, et des rejets tout aussi passionnés, comme Madame Perrier (laides, bruyantes, coûteuses, et destructrice de l’environnement si elle placée au milieu d’un forêt regorgeant d’espèces endémiques) foisonnent. Maurice ne doit pas échapper à cela. Il est donc inutile de traiter de « coincé » ou « d’hypocrites » et « pseudo protecteurs », ceux qui ne pensent pas comme vous, ce qui est souvent l’argument de ceux qui n’ont pas d’arguments. Quant a mettre en parallèle les 4x4, les sacs plastiques et les autres commodités de la vie courante, c’est faire preuve de légèreté, car nous sommes persuadés que vous n’avez vous même pas renoncé a tout cela. Mais qu’il faille faire le maximum pour en minimiser l’impact s’inscrit également dans notre logique.
Dans le cas de Bras D’eau à ce stade, vous convenez, après des attaques inutiles contre des journalistes (encore) qui exposent les élément du débat , que celui-ci ne concerne pas l’utilité de l’éolien mais bien celui de son emplacement dans une forêt ou il existe de la faune et de la flore endémique, alors même qu’une récente réunion, impliquant le MID, (nous pensons que tous les participants n’étaient ni coincés, ni hypocrites, ni pseudo protecteurs) avait tiré la sonnette d’alarme, quant à l’urgente nécessité de stopper la destruction de nos forêts.
Personne ne demande au promoteur d’installer son parc hors des zones à vent et il ne convaincra personne qu’un déplacement de quelques kilomètres va baisser l’intensité du vent sur un petit territoire comme le notre face aux vents dominants du Sud-Est. Et s’il veut vraiment maximiser la réception du vent, il n’a qu’à s’installer en mer. On l’avait bien compris comme vous finissez par l’admettre que « Cet investisseur ne va certainement pas investir dans un Projet éolien dans un endroit sans vent, pour faire plaisir au Gouvernement Mauricien ». Et pourquoi donc le gouvernement mauricien doit lui faire plaisir et sacrifier un patrimoine naturel ? A moins qu’il y ait anguille sous roche ? Et si c’était l’emplacement du Château du Réduit qui était le meilleur, devrait-on évacuer le président pour répondre aux aspirations d’un promoteur ?
Personne ne peut dire quel sera l’impact réel et le devoir de précaution doit prévaloir. Une partie du gouvernement mauricien l’a bien compris lorsqu’il a décrété cette forêt parc naturel. Ces responsables ont compris sa richesse et notre devoir a tous de conserver certains pans de notre territoire contre la technologie, verte ou pas. Visiblement d’autres au sein de ce même gouvernement n‘ont pas a cœur ce devoir de léguer aux générations futures de quoi se dire qu’il fait bon y vivre. On cède du territoire a tour de bras pour des gains immédiats. Il y a même ces jours-ci un air malsain sur ce projet vu les interconnexions…
Oui, Jean Luc, il faut aussi s’attaquer aux sacs en plastique d'hypermarchés, les plages en décrépitude, les véhicules polluants détaxés et nous vous invitons a le faire et vous obtiendrez notre support le plus total. En attendant prenez la peine d’aller à Bras D’eau, emmenez votre famille s’y promener, vous comprendrez mieux pourquoi certains défendent l’intégrité de ce site…ou vos arrières petits-enfants pourront voir le coq des bois alors que vous et nous n'avons pas eu la chance de croiser sur notre route un...DODO

Ce n'est pas le fait du hasard, mais il est prouvé que les contestataires à toute cause, sont toujours plus affutés que les personnes qui adhèrent à une cause, à écrire sur les forums, ou à descendre dans la rue. Cela se voit tous les jours à la télé où on voit les gens descendre dans la rue pour contester et pas pour approuver. Je devine votre très bon niveau intellectuel en vous lisant, et je m'étonne que vous n'ayez pas remarqué cela depuis que les contestations sont publiques, de par l'internet et par la presque libre expression dans la rue et dans la presse, quel que soit le sujet de la contestation.
Concernant votre remarque sur le retard sur les 2 iles, je trouve votre propos un peu insultant envers nos frères et soeurs rodriguais. Car l'amalgame que vous faites entre la mise en oeuvre d'un Projet et l'avidité de commi... des décideurs Politiques vient en quelque sorte dire que les Rodriguais ont été dupé par leur politiques et par la CEB ? C'est un peu léger comme argument et vous allez vite en besogne. Savez-vous qu'à Rodrigues, les éoliennes sont la propriété de la CEB ? Si Rodrigues (je ne parle pas de la Réunion, car je ne m'avance pas sur des sujets dont je connais pas, contrairement à d'autres)a pris de l'avance sur nous, c'est qu'il y a eu une volonté de la part de la CEB dans le passé, à aller de l'avant avec un Projet d'énergie verte, durable. Alors qu'ici à Maurice, la CEB marche un peu à la botte du gouvernement en place. Ca, je vous le concède. Cela peut effectivement engendrer des magouilles politico-financières.
Le retour à l'investissement:- quel sujet interessant. Par hasard, cachez-vous un passé trotskiste ? Et les centrales bagasse ou charbon ? Vous pensez que les Compagnies Sucrières ont injecté des milliards et que le retour à l'investissement est le cadet de peur soucis ? Vous etes bien naifs. C'est sur que ces promoteurs veulent un retour sur leur investissements. Mais, de là à dire qu'ils cherchent par TOUS les moyens (je reprends votre propos), est une nouvelle fois, un peu léger comme argument. Si c'est le cas pour eux, c'est le cas pour tout entrepreneur et je vois en vous un communiste "refoulé" qui a du mal à entrer dans le 21 siècle. Afin de ne pas JUSTEMENT laisser ces Promoteurs garantir un trop rapide retour à l'investissement, il faut que le "régulateur" en question (La CEB ou le Gouvernement) garantisse le prix à payer pour que ce Promoteur gagne son pain (sans exagération), et que le consommateur et le pays sortent gagnant. C'est ce combat qu'il faut mener car dans le passé, il me semble que la CEB et le Gouvernement sont passés un peu à coté de la plaque.
On en vient aux inexactitudes des raisons qui poussent Mme Perrier à contester le Projet.
Laides (C'est une question de gout, certainement pas un argument) Sinon, on pourrait aussi dire la même chose des antennes téléphoniques et les lignes de haute-tension. Ou, je vous dirais que les maisons roses, mauves ou jaune-moutardes qui fleurissent le long de nos routes sont laides. Cela peut etre mon gout, mais pas celui de mon voisin. Objection rejetée. Les gouts et les couleurs ne se discutent pas, me disait ma grand-mère.
Bruyantes. (Faut, à 500 metres, distance minimum d'une éolienne avec une habitation, on ne les entend plus). Les chiens mal-élevés (sans compter les chiens errants) feront certainement plus de bruit.
Couteuses (C'est le promoteur qui investit. Alors, couteuse pour qui ? Pour nous, consommateurs ? Savez-vous (contrairement à ce que disent les politiques en campagnes électorales)que la CEB perd de l'argent sur CES centrales, et gagne sur les Centrales indépendantes. Alors, disont nous vraiment la vérité en face. Encore une fois, la vigilance doit se faire au niveau du prix au kilowatt que va vendre le Promoteur à la CEB. Si cette étape est bien gérée, elle ne va pas nous couter plus qu'actuellement. Par contre, continuons à dépendre du pétrole et de dictateurs arabes (quitte à re-baptiser des places à leurs gloires 20 ans après)et c'est votre et mon porte monnaie qui en souffrira.
Destructice de l'environement (15 arpents sur 1,500) cela représente
1 % de cette foret) Quid des milliers d'arpents rasés pour faire place aux Projets immobiliers ou hoteliers dans le passé. Les nombreux parcours de golf de notre ile sont certes jolis, mais ont consommé 10 fois plus de foret. Je ne me rappelle pas d'une quelconque contestation de Mme Perrier à l'époque.
Endémique (Je ne savais pas que l'eucalyptus était endémique) On apprend tous les jours.
Le parallèlle que j'ai fait avec le fait de rouler en 4x4 ou de continuer d'acheter des sacs en plastique au supermarché était pour montrer notre hypocrisie à tous (y compris moi). Je suis étonné de votre manque de subtilité. Mais, la différence, c'est que moi, je ne m'acharne pas contre un Projet qui va sans doute "égratigner" son environement naturel mais qui a un fond positif, alors que dans tous nos petits gestes quotidiens (accumulés) nous détruisons 1000 fois plus notre environement. C'est à cela que je voulais en venir. Si vous avez décidé de vous battre comme vous le faites (avec autant de zèle) pour sauver notre environement, allez-y entièrement. Vous vous attaquez à un Projet qui aura un impacte négligeable de même pas 0.0001% sur l'environement de notre ile entière alors qu'il y a tellement d'autres impacts qui se sont accumulés depuis des générations, sur notre environement, et dont on fait rien pour au moins, les ralentir.
Quand à l'attaque que j'ai faite vers les journalistes, c'était juste une observation qui se vérifie (malheureusement bien souvent)dans les journaux. Je me référais à la photo "indécente" des fondations d'une éolienne de 150 metres, prise sur un site quelquepart, et parue dans un Journal. Quand un journaliste se permet de publier ou accepte de publier une photo qui ne représente pas la réalité, comment vous, vous décrivez cela ?
Moi, j'ai 2 réponses possibles.
(1) Où, il le fait délibérément (sous influence ou pas, c'est pas à moi de le dire) pour appuyer ses arguments, et donc, il cesse à cet instant même, d'etre objectif et (je reprends vos propos) donc, n'expose pas bien les éléments du débat, (en d'autres mots, fausse le débat)
(2) Où, il ne vérifie pas ses sources et prouve une fois de plus son incompétence. Avec l'internet aujourd'hui, il est trop facile de duper les gens avec des photos qui ne montre pas la réalité.
On appelle cela de la malhonnêteté intellectuelle.
Par contre, je pense qu"un autre journal a présenté d'une manière plus objective les dessous de cette polémique.
Quant à son déplacement vers d'autres cieux (pour ne pas dire, d'autres vents), il y aura toujours, de toutes les façons, des gens pour contester. L'humain a toujours peur de l'inconnu. Alors il fantasme sur le verre à moitié vide et se gargarise du coté négatif uniquement. On avancera d'autres raisons les unes plus burlesques que les autres.
Il y a certainement d'autres endroits sur la cote est. Et ces autres endroits sont déjà sous études pour d'autres projets similaires. Il n'est un secret pour personne que les sucriers du coin sont eux aussi en train de préparer des Projets similaires. Alors, affutez bien vos crayons et vos armes. Votre combat ne fait que commencer.
Maintenant que vous parlez d'anguilles sous-roche. Je pense que l'anguille est peut-être dans l'autre sens. Ne trouvez-vous pas bizarre que la foret soit déclarée "protégée" après la validation du certificat EIA ? Subitement, une foret inconnue du grand public, devient patrimoine national. Pourquoi pas la faire inscrire au patrimoine mondial. Si vous demandez à la majorité des mauriciens, si ils savaient qu'il existait une foret endémique "remarquable" au point de vue flore et faune à Bras D'Eau, je suis sur que vous aurez eu 1% de réponse positive.
Je suis allé à Bras D'Eau de nombreuses fois pour des ballades à vélo. Je n'y ai vu rien d'extraordinaire (comparé à celle Ferney ou celle des Gorges de La Rivière Noire). Mais j'ai surtout constaté des déchets de tout genre entre les eucalyptus (arbre, me-dit-on, en voie de disparition et endémique).
Dans quelques mois, le projet sera monté, la nature reprendra ses droits autour des éoliennes, et les contestataires seront déjà en train de contester autre chose. C'est la nature humaine qui veut ça.
Pour moi, la discussion est maintenant terminée. Vous n'allez pas me convaincre, et je ne VEUX pas vous convaincre. Je voulais juste dire les faits. Il était inutile de mentir pour essayer d'influencer l'opinion. De par ces mensonges et ce manque de connaissance de la réalité de ce Projet, les contestataires ont perdu toute leur crédibilité.