À la fin de son audition ce vendredi, Roshi Badhain a demandé à s’entretenir en privé avec le président de la commission d’enquête sur Britam concernant un point de droit jugé important sur la commission d’enquête, et qu’il souhaitait soulever à l’abri du public. Il a soutenu que c’est une « serious issue » dont il doit faire part à la commission.

À sa sortie de la salle d’audience, Roshi Badhain n’a pas pipé mot sur ce point de droit, soutenant qu’il a mis la commission devant les faits et que c’est au président de prendre une décision. Par ailleurs, Roshi Badhain a rappelé qu’il n’y aurait pas eu cette commission d’enquête s’il était ministre. « Pe grossi zistwar-la pou narien. Si pe envi zet labou lor mwa, fode monn fer kiksoz de mal. »