L’année 2016 sera « décisive » pour sortir du “middle income trap” afin de s’engager sur la voie de la “high income economy”, selon  Raj Makoond, Chief Executive Officer de Business Mauritius, instance coordinatrice des institutions du secteur privé. Le secteur privé s’attend à ce que de décisions soient prises concernant certains dossiers qui sont déjà prêts, notamment au niveau du port, des Tic, de l’énergie renouvelable, de l’économie océanique et de la construction.
Raj Makoond estime que le partenaire stratégique doit être en place dans le courant de l’année prochaine. En ce qui concerne les énergies renouvelables, le secteur privé s’attend à ce que le régulateur soit opérationnel. Concernant les TIC, Business Mauritius espère que les travaux pour la mise en place de la troisième fibre optique connectant le pays avec l’autoroute internationale et du 2e “local backbone” débutent l’année prochaine. Au niveau de l’économie océanique, les travaux pour l’installation du réseau de production et de distribution de froid à partir des eaux marines par United Cooling Ltd débutent l’année prochaine. Il s’agit maintenant de lancer les projets d’aquaculture.  
Concernant la construction, Business Mauritius s’attend à une reprise de la croissance avec le début de projets de constructions dans le domaine hôtelier et, en particulier, dans les deux projets de Smart Cities, à l’aéroport, et au niveau de l’éducation au village de Médine. Raj Makoond estime que les rencontres entre le secteur privé et le gouvernement, sous la direction de sir Anerood Jugnauth, « a permis de faire des avancées considérables ». Par ailleurs, des dispositions sont prises au niveau de l’Ease of Doing Business de manière à ce que Maurice puisse terminer dans le groupe des 15 premiers pays.