Une charge provisoire de meurtre a été logée contre l’adolescent de 17 ans impliqué dans le double meurtre de Camp-de-Masque. Celui-ci a obtenu sa décharge de l’hôpital hier après-midi, où il a passé 20 jours. Après avoir quitté l’enceinte de l’hôpital Jeetoo, vers 14h30 hier, les membres de la Major Crime Investigation Team (MCIT) l’ont conduit aux Casernes Centrales. Le meurtrier présumé étant mineur, les enquêteurs ont attendu sa mère pour enregistrer sa déposition, exercice qui n’a finalement pas pu être effectué.  
C’est vêtu d’un t-shirt bleu et d’un short à carreaux que l’adolescent, l’air pensif, est arrivé aux Casernes. Visiblement affaibli, et ayant beaucoup de peine à quitter le véhicule de la MCIT, il s’est ensuite rendu jusqu’aux locaux des enquêteurs, où devait démarrer son interrogatoire. Quelque temps plus tard, le jeune homme a quitté les bureaux de la MCIT sans faire de déclaration. La famille compterait solliciter les services d’un homme de loi afin d’assurer sa défense. L’adolescent a comparu en Cour de Port-Louis ce matin, où une charge provisoire de meurtre a été retenue contre lui. Aucune charge n’a encore été logée concernant l’agression du jeune Tushal Ragobin, frère de la victime. L’audience s’est passée à huis clos devant le magistrat Ellaya, étant donné que le suspect est mineur. Le jeune homme a par la suite été reconduit en cellule jusqu’au jour de sa prochaine comparution en cour, soit le 24 mars.  
Contacté par Le Mauricien ce matin, Ravi Rughoobin, père de Yeshna et fils de Reshma, les deux victimes, a confié : « Je souhaite que l’interrogatoire du meurtrier de ma fille Yeshna et de ma mère soit complété au plus vite. Nous sommes impatients d’entendre la sentence que la cour lui réservera. Nous souffrons trop. »
Le présumé meurtrier, pour rappel, s’était mutilé le 26 février, jour du drame, avec une arme tranchante, après avoir poignardé Yeshna Rughoobin (13 ans) et la grand-mère de cette dernière, Reshma (54 ans). Le suspect avait été retrouvé dans l’une des pièces de la maison, où il a commis l’irréparable, et avait par la suite été admis à l’hôpital.