CAN2012: Maurice battue de si peu

Dimanche à Belle Vue : Club M 1 RD Congo 2

Le Club M n'a pas cru en son étoile, hier au stade Anjalay. Le nul était à sa portée face à la République démocratique du Congo (RDC) dans cette 4e journée des préliminaires de la CAN 2012. Au décompte final, les Congolais l'ont emporté 2-1 pour se relancer dans un groupe 5, où la veille, le Cameroun s'est mis davantage en difficulté (0-0 à domicile) face au leader, le Sénégal.

De quoi avoir "un goût amer. Au plus aller, un match nul aurait été équitable", a lâché l'entraîneur national du Club M, Akbar Patel, lors de la conférence de presse d'après-match. Cela résume parfaitement le déroulement de cette joute avec la RDC à la maîtrise du jeu mais les contres les plus dangereux aux Mauriciens. S'ils ont frappé sur leur premier contre, il n'empêche qu'ils ont loupé au moins deux autres belles actions qui auraient pu les permettre de remettre les pendules à l'heure.

Dans l'ensemble, le Club M s'en sort avec une note satisfaisante pour avoir fait douter cette formation congolaise en quelques occasions. Des signes des progrès sont évidents, notamment sur le plan physique et l'aspect défensif. Il n'y avait pas de gros panique alors que les joueurs ont pu tenir le coup jusqu'au bout. Toujours est-il que le jeu collectif, les automatismes, entre les locaux et les expatriés n'a pas encore pris forme.

Apport considérable des expatriés

Nul doute que l'apport des expatriés aura été considérable. Jonathan Bru dans son rôle de milieu défensif est à créditer d'une mention bien, étant à la fois à l'origine et buteur sur l'ouverture du score. Andy Sophie, seul à la pointe de l'attaque, a mis la défense adverse sous pression avec ses mouvements rapides. Jimmy Cundasamy s'est bien battu sur le flanc gauche. Jerry Louis a été crédité d'une bonne entrée en seconde période même s'il lui manque encore du rythme.

Par contre, Kevin Bru n'a pas eu le rayonnement qu'on attendait. L'entraîneur national s'explique. "C'était son premier match. Il découvre le groupe ainsi que le système de jeu. Il a fait beaucoup d'efforts pour s'adapter au schéma même si ce n'est pas sa préférence. Je dois saluer sa compréhension et sa détermination à s'y confondre au sein du groupe. Il a du potentiel dont nous avons pu apprécier sa touchée de balle et ses passes. Il lui faudra donner du temps pour prendre ses repères et s'adapter. C'est un élément de valeur".

Et quid des locaux ?

Et quid des locaux ? Fabrice Pithia a été l'un des meilleurs éléments avec sa vivacité sur le flanc droit qui a gêné considérablement les défenseurs adverses. Le quatuor défensif s'est bien défendu. Christopher Bazerque et Chandrayah Veeranah ont contenu les ailiers congolais alors que le duo de l'axe centrale, Bruno Ravina-Joye Estazie, a apporté une certaine stabilité.

Le Club M a, du reste, démarré la partie tambour battant. Profitant d'un moment de fébrilité défensive de la RDC, Jonathan Bru délaissa son poste pour appuyer l'attaque. Bien servi par Andy Sophie, il tenta sa chance. Le ballon s'écrasa sur la barre transversale et sur le rebond, Fabrice Pithia effectua une tête plongeante repoussée par un défenseur. Mais, l'arbitre central siffla penalty.

Les Congolais n'en revenaient pas. Soit il y avait une faute de main du défenseur ou un tacle dangereux de ce dernier. Quoiqu'il en soit, à l'appel des onze mètres, Jonathan Bru ne commit point d'erreur (comme contre le Cameroun en septembre dernier). On jouait la 9e minute. Mais la joie des Mauriciens fut de courte durée car sept minutes plus tard, la RDC égalisait sur un tir de 20m d'Yves Diba Ilunga (1-1).

Les locaux concédèrent un second but à quelques secondes de la pause, une nouvelle fois sur un tir de loin, signé cette fois-ci Kaluyituka Dioko (1-2). Un but qui eut un effet néfaste pour le Club M vu que le score en resta là jusqu'à la fin même s'il se procura deux belles occasions en seconde période. La première sur une infiltration de Sophie dont le tir fut contré (55e).

Le second sur un contre mené par Pithia qui transmis à Sophie. Ce dernier décala Louis qui pourtant en très bonne position de frappe, remit dans l'axe (59e). Dommage car le Club M reste bon dernier de ce groupe alors que la RDC passe à la deuxième place après le nul du Cameroun face au Sénégal (0-0) samedi à Yaoundé, avec un penalty raté de Samuel Eto'o.

 

Déclarations

Akbar Patel (Club M): "Un goût amer"

"Une défaite avec un goût amer. Aujourd'hui, il y avait de la place pour au moins un match nul. Nous avons créé des occasions en première période, davantage après la pause. La RDC a confirmé son étiquette de favori mais nos joueurs ont mouillé leurs maillots. Les expatriés ont apporté plus de qualité dans le jeu de par leur expérience. Nous avons encore du travail surtout sur le plan offensif mais j'ai aussi noté des progrès par rapport à tous les matches joués ces derniers temps. En deux mois et dempi, nous avons pu combler le fossé entre nous et la RDC. Cette dernière nous était supérieure techniquement. Elle nous met automatiquement sur la défensive. Il faut aussi être réaliste. Nous ne pouvions partir la fleur au fusil. Je vois que nous réussissons dans ce système. A n'en déplaise à certains".

Robert Nouzaret (RD Congo): "Une victoire aux forceps"

"Nous avons obtenu cette victoire aux forceps. Ceci en raison d'une ambition supérieure de l'équipe mauricienne qui a fait un bon match. Ce penalty lui a donné des ailes. Nos gars étaient énormément gênés par une pelouse difficile qui a ralenti notre jeu. Nous avons eu des occasions mais les joueurs étaient maladroits. Il nous faut maintenant gagner les deux autres matches à venir car ce nul entre le Cameroun et le Sénégal est le pire des résultats pour nous".