CARBURANT BLOQUÉ EN INDE : Betamax veut mettre Maurice à genoux, selon Étienne Sinatambou

Le pays risque-t-il de connaître une pénurie de carburant dans pas longtemps ? À cette question soulevée lors de la conférence de presse du gouvernement hier matin, son porte-parole, Étienne Sinatambou, a été catégorique : « Il y aura de l’essence ! » Malgré l’ordre émis par la Cour de Karnataka interdisant le Pacific Diamond, navire qui a à son bord 40 000 tonnes métriques de pétrole à destination de Maurice, de quitter le port de Mangalore en Inde, le ministre Sinatambou ne croit pas à un « worst case scenario. » Toutefois, le représentant du gouvernement Lepep est d’avis que la démarche de Betamax, lequel avait consigné une plainte cette semaine contre la State Trading Corporation (STC) - condamnée par le tribunal d’arbitrage de Singapour à lui verser $ 115 millions - est « un acte de trahison envers Maurice. »
Étienne Sinatambou, qui n’a pas caché son agacement par la démarche de Betamax, s’est demandé pourquoi celui-ci « a attendu le mois de décembre pour se comporter comme une compagnie mercenaire en ayant recours à des procédés antipatriotiques ? » Pour le ministre, il est clair que l’intention de Betamax est de « mettre l’île Maurice à genoux. » Et de relever : « Ce qu’ils ont fait est odieux. » Étienne Sinatambou est revenu sur la genèse de l’affaire Betamax. Il a expliqué que le gouvernement actuel avait refusé de continuer avec le contrat initial de Betamax après que des juristes, « et non des moindres, avaient expliqué au gouvernement que celui-ci contenait des conditions qui étaient inhabituelles, exorbitantes, arbitraires, jamais entendues sur le marché du commerce et contraires aux pratiques du marché. »
C’est suite à l’avis légal de différents spécialistes que le gouvernement avait décidé à ne pas continuer avec « un contrat malhonnête. » Néanmoins, a-t-il dit, en trois ans et demi, soit dès le début du contrat en mai 2011 à janvier 2015, au moment de sa résiliation, le gouvernement avait déjà payé Rs 4,4 milliards à Betamax. Étienne Sinatambou a aussi fait ressortir que si le gouvernement a montré des réticences à payer Betamax après le jugement du tribunal de Singapour et contesté auprès de la Cour suprême, c’est parce qu’il estime que ce paiement équivaudrait à un « pillage des ressources mauriciennes et de la population. »
Le case étant fixé pour le 13 au 15 mars prochain, la précipitation de Betamax auprès de la Cour de Karnataka reste, selon lui, surprenante. D’ailleurs, en Inde, dit-il, Betamax a demandé la saisie de la cargaison de la STC en arguant que celle-ci n’a pas d’argent pour « secure any payment which may be due to Betamax. » Et de récuser cette allégation de Betamax : « C’est un mensonge. La STC a de l’argent ! Li ena par milyar. »
« Les médias gardent Bérenger en vie »
L’approche de Betamax en Inde, a laissé entendre Étienne Sinatambou, est « ignoble, indigne et infecte. » Il estime que, dans ce cas, « le gouvernement avait raison de contester le contrat ! » Et d’affirmer que Betamax disposait d’ « un contrat de mercenaire sous un gouvernement mercenaire. » Le porte-parole du gouvernement a fait ressortir que « même le MMM n’était pas d’accord avec le contrat », avant d’expliquer que des légistes de la STC travaillent actuellement sur ce dossier qui pourrait causer du tort à Maurice si le pétrole ne parvient pas au pays.
En commentant sur la campagne électorale en cours au N°18, le porte-parole du gouvernement se dit d’avis que l’élection partielle du 17 prochain risque de connaître un taux important d’abstention. Les candidats en lice n’inspirent pas la confiance, dit-il. Ce dernier a rappelé la position confortable qu’occupe le gouvernement dans l’hémicycle. Avec ses 65% de sièges, il n’a aucune raison de lorgner sur un candidat de l’opposition. Étienne Sinatambou s’est aussi dit « choqué par l’espace médiatique accordé à un loser qui a perdu sept élections ces quinze dernières années. » Faisant allusion à Paul Bérenger, leader du MMM, le porte-parole du gouvernement est d’avis que « ce sont les médias qui le gardent en vie. » Dénonçant la passivité du député Bérenger au Parlement, il a rappelé que celui-ci perçoit un salaire de Rs 157 000 tout en espérant que le leader du MMM « fasse l’honneur de poser une question dans une session à venir. »
Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a réitéré la ferme intention de celui-ci d’aller jusqu’au bout de son mandat de cinq ans. Tandis que les leaders des partis de l’opposition spéculent sur les élections générales anticipées, seul le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a-t-il dit, a la prérogative d’annoncer la date des législatives.
Etienne Sinatambou a annoncé la date des paiements de la pension des retraités pour les mois de janvier et février 2018, le 3 janvier et le 2 février 2018 respectivement pour ceux qui ont opté pour un virement bancaire et du 5 au 20 du mois pour ceux qui récupèrent leur argent à la poste.  Le porte-parole du gouvernement a également parlé du déplacement du ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun, en Corée du Sud où se réunira le comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. C’est durant ce grand rendez-vous que Maurice sera informée si le séga tambour de Rodrigues sera inscrit sur la fameuse liste de l’Unesco. La demande pour que le séga des Chagos sera aussi soumise.
Étienne Sinatambou a aussi parlé du protocole accord avec l’Estonie pour faire de Maurice la capitale numérique de la région Afrique.