Une barque renversée, l’enchaînement des ravannes, maravannes, triangle, les sapins éclairés et les voix de Lespri Ravann portés par l’écho du vent. Un ravissement hier au Caudan. Le décor a été bien choisi, face à la mer, avec une douce sensation de bien-être dans l’air pour ce dernier concert live 2015. Lespri Ravann a su insuffler cette joie de vivre à ceux présents. Leur talent est de faire évoluer le séga qui n’est pas sans rappeler la chaleur des feux de camp. Ce groupe revisite la musique traditionnelle de Maurice. Danse chaloupée pour bien s’imprégner du rythme. On pourrait rester des heures à les écouter tant leur musique est prenante. Leur atout : cet amalgame d’instruments qu’ils parviennent à distiller en farandole sans fausse note. Une découverte pour certains… une appréciation soutenue pour d’autres. Il y avait aussi cet enchaînement de voix sachant donner la cadence. Au départ quelques rares attroupements, puis une petite foule compacte, certains n’hésitant pas à se trémousser. Au simple pas de danse, la musique faisant corps, il y avait comme une frénésie dans les mouvements. L’ambiance était palpable comme une communion d’esprit. Lespri Ravann, c’est un groupe de séga traditionnel mauricien label : lively up qui mériterait qu’on les retrouve encore plus en concert l’an prochain. L’invité spécial de cette soirée Ras Minik de son vrai nom Dominique Andy. Et, pour la première fois la scène aménagée en plein air au Caudan a accueilli une vingtaine de jeunes talents qui ont suivi un entraînement musical de trois mois sous la houlette de Philippe Thomas. De belles découvertes en perspective dont la magnifique voix de Karen Laridain qui a séduit par une composition de son cru tout en reprenant de belles reprises dont Roxanne. Un nouveau groupe sur lequel il faudrait compter en 2016.