CENTENAIRE DE MEDINE: De nouvelles ambitions agricoles

La compagnie sucrière Médine, qui fête son centenaire cette année, affiche de nouvelles ambitions dans le secteur agricole et projette de se transformer en une partie du grenier de l’île Maurice. C’est ce qu’affirme dans la dernière édition de The Médine Post Thierry Sauzier, le nouveau Deputy Chief Executive Officer de Médine, qui a été confirmé à ces importantes fonctions récemment, dans le cadre de la restructuration du pôle agricole du groupe Médine.

Cette consolidation des activités agricoles de Médine s’inscrit dans le cadre du Médine Agriculture Project 2015 (MAP 2015), définissant les grandes orientations de la compagnie dans ce domaine. L’un des points cardinaux de ce schéma directeur est de propulser Médine en tant qu’un des principaux producteurs alimentaires en vue de satisfaire le marché local. « Nous pouvons positionner Médine comme une partie du grenier de l’île Maurice en travaillant en étroite collaboration avec les autorités afin que le positionnement soit bénéfique au pays et à Médine sur le long terme », souligne le Deputy Chief Executive à ce chapitre.

Dans cette perspective, la compagnie sucrière Médine affirme être prête à consacrer une superficie variant entre 200 et 300 hectares pour les besoins de production de denrées alimentaires. « Cette production devra assurer à Médine une certaine rentabilité à terme, quitte à faire des efforts sur le court terme pour assurer l’approvisionnement et ainsi assumer notre rôle de citoyen. Ensuite, il faudra s’assurer que le développement de cette activité se fasse en harmonie avec les autres acteurs de ce secteur, notamment les petits planteurs », rassure Thierry Sauzier, qui était jusqu’à tout récemment le Managing Director du pôle foncier de Médine.

Les grands axes de la politique de développement sous le MAP 2015 sont les suivants :

• réduire les coûts au maximum et opérer de manière efficiente,

• réorienter les activités de manière à être « business oriented and bottom line conscious »,

• un schéma directeur spatial pour les développements dans le secteur sucre et non-sucre,

• des efforts dans la production de fruits et légumes de qualité,

• exploiter le marché des sucres spéciaux et

• développer la filière « viande » avec le cerf et le sanglier sur une base industrielle.

En conclusion, Thierry Sauzier affirme que « Médine dispose des atouts et du potentiel pour relever le défi de la qualité et de la rentabilité du pôle agricole. La mise en œuvre du plan, qui a lieu actuellement pour dynamiser le pôle agricole, se fait dans un esprit porteur d’avenir ».

Toujours dans le cadre de la réforme pour faire face au challenge dans le secteur sucre, Médine se penche sur un nouveau plan de Voluntary Retirement Scheme en faveur de 252 employés de la compagnie. La demande a déjà été logée auprès du ministère de l’Agro-industrie, le 24 mars dernier. Les conditions pour la mise en application du VRS, dont la formation des employés, qui prendront avantage de ces nouvelles facilités, ont été mises en place avec un engagement pris avec le ministre de l’Agro-industrie à cet effet.