La saga de la centrale thermique de St-Louis, qui dure depuis une année, prend une nouvelle tournure décisive en ce début d’année. Le Central Electricity Board (CEB) a pris le taureau par les cornes en obtenant de l’Independent Review Panel (IRP) un Certificate of Urgent Public Interest sous les dispositions de la Public Procurement Act. De ce fait, la firme danoise de Burmeister & Wain Scandinavian Contractor AS (BWSC), qui a décroché ce contrat de Rs 4,3 milliards pour l’installation de quatre turbines de 15 MW chacune à la centrale thermique de St-Louis, pourra démarrer les travaux sans avoir à attendre les conclusions des appels devant l’IRP.
Cette décision a été entérinée par l’IRP, mercredi, suite à des procédures enclenchées par le CEB pour bénéficier de ce statut d’urgence et a été communiquée officiellement à toutes les parties concernées, hier. Ainsi, dans une communication officielle, la Chairperson de l’IRP confirme que les « suspension orders issued by this office (IRP) on 19 and 20 January 2016 are hereby lifted ». Avec la démarche entamée par les soumissionnaires, dont les cotations avaient été rejetées par l’Evaluation Committee du CEB, auprès de l’IRP, le risque d’un nouveau renvoi des travaux à la centrale thermique de Saint-Louis se présentait.
Devant d’importants retards accusés jusqu’ici dans la mise à exécution de ce projet, soit plus d’une année, et le calendrier de travaux extrêmement serré pour éviter tout Black-Out à l’avenir en cas de nouveau délai, le CEB n’a eu d’autre choix que de recourir à ces procédures d’urgence sous la Public Procurement Act. L’Independent Review Panel pourra entendre les appels des contestataires alors que BWSC pourra entamer les travaux pour le « Redevelopment of Saint Louis Power Station – Design, Supply, Installation and Commissioning of Diesel Power Plant » de 60 MW. Cette centrale réhabilitée devra être opérationnelle à partir de la mi-2017 pour contourner toute difficulté de la part du CEB à satisfaire la demande en alimentation électrique.
Le financement de ce projet pour le compte du CEB sera assuré par la Banque africaine de développement (BAD) même si la seconde cotation de BWSC est supérieure de Rs 700 millions en l’espace d’une année. La Notification to Selected Bidder du CEB, signée du General Manager Gérard Hébrard à BWSC stipule que « your bid has been selected for award for the total evaluated price of Euro 85 185 404 plus Rs 823 992 094, excluding VAT ». Avec le dénouement de cette semaine devant l’IRP, la Letter of Award à BWSC devrait être émise incessamment.