DR ZIBYA ISSACK

Lorsque je me suis retrouvée dans un atelier de travail sur « l’Extended Stream dans les collèges », avec en face de moi des intervenants fondamentalement humains, j’ai réalisé que ça ne pouvait être qu’une aubaine pour moi. « Extended » : un terme péjoratif et repoussant pour certains oiseaux de mauvais augure mais qui valorise nos orateurs présents. Ce qui a le plus retenu mon attention toutefois, c’est la facilité avec laquelle ils ont su saisir les traits les plus imperceptibles d’une société afin de les rendre visibles et importants. L’école représente en effet, pour eux, ce lieu propice à l’intégration de chaque enfant indistinctement.

Malheureusement, il existe encore au XXIe siècle des gens qui refusent de voir leurs enfants se mélanger à cette « autre catégorie » d’enfants au collège. Ils vous diront que « ces enfants-là » ne sont pas faits pour l’école. L’éducation pour eux semble hélas se résumer à l’instruction et au bourrage de crâne. Stigmatiser, inférioriser des innocents, c’est peut-être cela aussi notre éducation ? L’éducation ne veut-elle pas dire trouver des moyens pédagogiques pour favoriser l’état physique et psychique optimal chez l’enfant ? Ne devrait-on pas plutôt motiver un enfant, lui  donner confiance, le récompenser pour ses efforts et favoriser le plaisir d’apprendre chez lui ? Si l’éducation est fondée sur le savoir, elle est aussi axée sur le savoir-faire et le savoir-être.

L’utopie de la nation arc-en-ciel repose sur l’interaction et le savoir-vivre. À bas les préjugés et le mépris à l’égard de cet enfant qu’on considère encore aujourd’hui comme « l’autre ». Dites-nous bien que l’enfant que nous méprisons parce qu’il fait partie de l’“extended stream” aurait bien pu être le nôtre. L’école appartient à tous nos enfants. Elle doit continuer de remplir sa fonction de socialisation. Dans une volonté unitaire, il est important de ramener tout un peuple vers une réflexion commune afin de l’exhorter à se ressaisir en vue d’en faire l’artisan de la nouvelle société. La mentalité doit changer. Elle doit atteindre un niveau supérieur. L’école ne se résume pas à ce lieu où il faudrait uniquement être les meilleurs. L’école, c’est aussi cet endroit où nous voulons que le meilleur de la vie soit acquis.