Pope Francis (C) is flanked by his spokesperson Matteo Bruni (R) and Pope's trip organizer father Mauricio Rueda, during his flight from Antamanarivo to Rome, on September 10, 2019, after his seven-day pastoral trip to Mozambique, Madagascar, and Mauritius. (Photo by Alessandra Tarantino / POOL / AFP)

« On doit respecter les institutions internationales et obéir. » Ce sont les propos du Pape François à bord du Shepherd One, répondant ainsi à une question sur la souveraineté de la Grande-Bretagne sur les Chagos.

Sur le chemin du retour pendant son vol d’Antananarivo à Rome, le 10 septembre 2019, après son voyage pastoral de sept jours au Mozambique, à Madagascar et à Maurice, le Pape François a tenu une conférence de presse avec les journalistes présents à bord de Shepherd One.

Lors de cette conférence de presse dans les airs, le journaliste mauricien de média expertise, Jean-Luc Mootoosamy en a profité pour lui demander comment il pouvait nous aider dans la bataille des Chagossiens en tant que Pape.

« On doit respecter les institutions internationales et obéir », répond le Saint-Père. Le Pape François voudrait que le rôle des organisations internationales soit renforcé. Soulignant qu’il ne fait la pas forcément référence au cas des Chagos, le Pape a remarqué que, concernant les anciens pays colonisateurs, même quand ils ont rendu la liberté à la nation occupée, ils ont souvent eu «la tentation de s’en aller avec quelque chose dans la poche».

Par ailleurs, le Pape dit avoir beaucoup apprécié aussi le caractère interreligieux, vécu de différentes façons dans les trois pays visités. «Le respect religieux est important, et c’est pour cela que je dis aux missionnaires de ne pas faire de prosélytisme.»