Une vidéo du témoignage de Liseby Elysée, née à Peros Banos, a été diffusée devant la Cour internationale de Justice (CIJ) de la Haye, aux Pays-Bas, à 14h37. En quelques minutes, cette Chagossienne a exposé, en kreol morisien, le drame qu’elle et toute la population chagossienne ont vécu lors de leur expulsion de leur archipel.

« Enn zour, administrater dir nou nou bizin kit nou ti zil », raconte Liseby Elysée. « Dimounn ti ankoler. Pa’nn les nou kone kifer (nou bizin ale), ziska zordi mo pa kone kifer. Bato manze inn aret vini. Nou pa ti ena manze, pa ti ena okenn medsinn, nanye ».

Un récit en contraste total avec son exposé, plus tôt, du quotidien aux Chagos : « enn bon lavi »« pa ti mank nanye ».

L’excision s’est faite « dan nwar, pou nou pa trouv nou zil », poursuit Liseby Elysée. « Administrater dir nou bizin anbarke, pran zis linz ». 

« Nou ti kouma zanimo, esklav dan bato ».

« Mo ti ansint kat mwa. Bato pran kat zour (pou ariv Moris) », relate la Chagossienne. A son arrivée, « mo zanfan finn mor parski mo’nn tromatize dan bato (…) Personn pa ti kontan derasine kouma zanimo ».

Malgré tout, Liseby Elysée véhicule un message d’espoir, convaincue qu’un jour elle pourra retourner sur sa terre natale. « Mo larm koule toulezour. Leker soufer, nou ankor atase ar lil kot nou’nn ne. Mo bizin al mor kot mo gran-paran inn antere », lance-t-elle en éclatant en sanglots.

Au quatrième intervenant de la partie mauricienne de résumer en s’adressant à la présidence de la cour :

« Mr President, in kreol you’ve heard what it is to be expelled from your home ».