Roilya Ranaivosoa en plein effort

Au Centre de Jeunesse de Pointe-Jérôme dimanche après-midi, Roilya Ranaivosoa a de nouveau crevé l’écran. Au cours des championnats d’Afrique d’haltérophilie, elle a atomisé l’opposition dans la catégorie -53 kg. Jonathan Coret (deux médailles d’or), Ketty Lent (une médaille d’or), Dorian Madanamootoo et Privanka Gopaloodoo se sont également illustrés lors de cette première journée de compétition.

Engagé dans la catégorie -53 kg, Roilya Ranaivosoa n’avait pas d’adversaires à sa taille. La Seychelloise Kathsia Telemaque et Lehohla Mapolinyane du Lesotho, avec un total olympique de 115 kg et 75 kg respectivement, avaient déjà terminé leur concours quand la médaillée d’argent aux derniers Jeux du Commonwealth effectuait son entrée en compétition. À l’arraché, elle réussissant ses deux tentatives à 70 kg et 80 kg, mais échouait à 83 kg. Du côté de l’épaulé-jeté, Roilya Ranaivosoa ne pouvait réussir sa tentative à 103 kg, après avoir soulevé 90 kg et 100 kg. Une prestation qui la situait non loin de ses records nationaux chiffrés à 82 kg (arraché) et 105 kg (épaulé-jeté). « Des performances satisfaisantes, car je n’avais pas vraiment le moral ces derniers jours, suite au décès de ma tante et une forte grippe », souligne-t-elle.

Toutefois, elle soutient qu’elle est désormais habituée à la haute compétition. « Certes, cela fait trois années de suite que je décroche ce titre. Cependant, je n’ai pas connu de pression vu que j’ai participé jusqu’ici à plusieurs compétitions relevées. » Qui plus est, son récent stage à Crystal Palace lui a permis d’évoluer avec encore plus de confiance. Désormais, elle a déjà braqué son objectif sur les prochains championnats du monde prévus au Turkménistan en novembre. « Je vais descendre de catégorie pour évoluer chez les -48 kg. Mon but sera de me retrouver parmi les quinze premiers afin d’obtenir ma qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo. »

Deux médailles d’or également pour Jonathan Coret chez les -62 kg, soit à l’épaulé-jeté et au total olympique. Sa prestation de 242 kg (106 kg et 136 kg) lui a permis de devancer l’Algérien Kader Ouazane et le Seychellois Daryh Riaze. De son côté, la jeune Ketty Lent, qui ne cesse de s’affirmer lors des échéances internationales, est passée tout proche d’une triple consécration.

Ketty Lent est passée tout près de la consécration

Si elle s’est avérée la meilleure à l’épaulé-jeté, elle n’a pu mettre à la raison la Malgache Ekise Vani Ravoldomaina à l’arraché. Cette dernière, qui avait alors réalisé 85 kg dans cette spécialité, contre 77 kg à la Mauricienne, possédait une marge suffisante pour s’imposer au total olympique, soit une infime différence de 2 kg (180 contre 178). Il est à noter toutefois que la leveuse de fonte de la Grande île n’avait pu réussir qu’une tentative chiffrée à 95 kg à l’épaulé-jeté. Au vu du duel au couteau entr Elise Vani et Ketty Lent, il est fort à parier que le même scénario soit en cours lors des Jeux des îles, une compétition que la Mauricienne compte aborder avec beaucoup de confiance. « Je ne m’attendais pas à une telle performance et je dois remercier le staff technique pour son soutien. Avec l’esprit d’équipe, je compte être à la hauteur l’année prochaine. »

La relève de l’haltérophilie mauricienne est également à mettre au crédit de Privanka Gopaloodoo. Certes, la triple médaillée de bronze s’est retrouvée assez éloignée de l’Algérienne Zohra Laghouati avec 50 kg de différence au total olympique, mais il n’empêche qu’elle a réussi toutes ses tentatives. Trois médailles de bronze également pour Dorian Madanamootoo, récent triple médaillé d’or aux Jeux d’Afrique de la Jeunesse. Avec ses 190 kg au total olympique, il s’est retrouvé aux côtés du Malgache Éric Lermen (or) et de l’Algérien Habib Lakiri (argent).

L’Algérienne Zohra Laghouati a dominé ses adversaires en -58 kg

La compétition se poursuit et s’achèvera mercredi, et les principaux protagonistes dans le camp mauricien devraient être Dinesh Pandoo, Alison Sunee, Emmanuella Labonne, Anthony Madanamootoo, Alwin Jooron et Shalinee Valaydon. Il est à noter que cette dernière aura comme unique adversaire l’Égyptienne Halima Sedky. Preuve que cette compétition continentale n’a pas attiré le nombre attendu de pays, soit rien que douze, et que plusieurs leveurs de fonte évoluent hors-concours, n’ayant pas soumis leur whereabouts à la fédération internationale. Qui plus est, l’éloignement du site n’a pas attiré la foule des grands jours, tandis que les médailles sont demeurées à la douane, les médailles des Jeux des Jeunes ayant été remis aux vainqueurs et leurs dauphins.