Cette semaine, c’est la famille Teeluck qui nous ouvre ses portes. Rendez-vous est pris à Morcellement Tara à Terre-Rouge à la rencontre de Feisal (alias Rambo), humoriste en free-lance qu’on aperçoit souvent aux côtés des Komiko, sa femme Fareezah, leurs jumeaux Farhaan et Farhaaz ainsi que Fabeehah, la petite dernière.
Chez la famille Teeluck, la lettre F est prédominante. Feisal s’est uni à Fareezah et tous deux ont eu les jumeaux Farhaan et Farhaaz et la petite dernière Fabeehah. Un lien orthographique qui va de pair avec les liens forts qui unissent la famille. Feisal a aujourd’hui 47 ans. Son vrai métier est dispenser dans une pharmacie. Jouant souvent en free-lance aux côtés des Komiko et annuellement dans les spectacles d’humour de l’agence Immedia, Feisal Teeluck jouit d’une certaine réputation dans le domaine. On le surnomme Rambo depuis qu’il a interprété un personnage de ce nom dans la série Kel Fami. “Les gens me disent que, comme pour M. Bean, il leur suffit de regarder l’expression de mon visage pour se tordre de rire”, confie-t-il. Fareezah, 39 ans, travaille, elle, dans le marketing mais prend aussi des commandes de broderie.
Deux gouttes d’eau.
Farhaan et Farhaaz, 18 ans, sont de vrais jumeaux. Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Seuls leurs coupes de cheveux et leurs vêtements différents nous permettent de les distinguer. Leur façon de parler, leur façon de se tenir, tous les gestes sont identiques. Assis l’un à côté de l’autre dans un canapé, les deux sont captivés par leurs portables bien entendu identiques. L’un étudie la comptabilité en part time alors que l’autre termine sa HSC. Ils se passionnent tous deux pour le jeu FIFA sur la PlayStation. Par contre, Farhaan est supporter de Manchester United comme son père alors que Farhaaz aime Liverpool. Ce qui créer une certaine tension pendant les rencontres diffusées à la télé. “Il y a toujours de l’ambiance quand on regarde le foot ensemble”, dit Feisal.
Fabeehah, elle, est toujours en troisième. Elle aime aussi les jeux vidéos mais pas les jeux de football.
Bowling.
La majorité des activités se déroulent en famille, comme les parties de bowling régulières ou les sorties pour aller voir les spectacles d’humour. Rire en famille est très important pour les Teeluck. Les enfants aiment beaucoup l’humour mais n’envisagent pas de suivre les traces de leur père en montant sur scène. Ses talents de boute-en-train, Feisal en fait profiter sa famille quotidiennement. “Il est toujours en train de nous charrier, de nous faire rigoler. On ne se prive pas pour lui rendre des répliques cinglantes nous aussi”, disent les jumeaux. La petite, elle, se plaît à imiter les performances scéniques de papa.
Soufrant.
Pourtant, l’heure n’est pas trop à la rigolade chez les Teeluck. Zeinool Bahadoor, le père de Fareezah et qui vit avec eux, est actuellement soufrant et séjourne à l’hôpital depuis plus d’un mois. D’ailleurs, Fareezah devra nous laisser pour aller donner à manger à son père comme chaque soir depuis son admission. “On est triste qu’il ne soit pas avec nous actuellement. Il va beaucoup mieux et nous souhaitons qu’il soit de nouveau parmi nous très vite”, dit Feisal Teeluck.
D’ordinaire, Feisal est le couche-tard et le lève-tard de la famille. “Je ne dors pas avant 2 heures du matin. Je suis toujours en train d’écrire des sketchs même quand je suis en train de regarder la télé.” Fidèle à sa réputation, Feisal ne se prive pas de nous raconter une petite anecdote rigolote qui remonte à quand sa femme et sa fille venaient de passer quatre mois en Angleterre. “À son retour, Fabeehah ne savait plus parler le créole. “Elle ne savait plus dire poisson, elle disait toujours fish et elle a même dit à un de ses frères, ‘sit properly bhai’”, sourit-il.