« Le Children’s Bill répondra aux attentes de beaucoup de Mauriciens », a estimé Alan Ganoo, président du Mouvement Patriotique. Toutefois, ce dernier est d’avis que « le projet de loi n’échappera pas à certaines critiques ».

En effet, selon une clause du Children’s Bill, projet de loi qui a été présenté, mardi à l’Assemblée nationale, à 12 an un enfant ayant commis un délit peut être traduit devant la justice et risque l’emprisonnement.

L’âge de la responsabilité pénale pour un enfant devrait être ré-établi, selon Alan Ganoo. Pour ce dernier, « une responsabilité judiciaire à 12 ans peut nuire à la condition psychologique et social d’un enfant ». Il invite donc le gouvernement à reviser cette clause.

S’agissant du mariage à 16 ans, Alan Ganoo est d’avis que le consentement du mineur devrait être pris en considération. Pour le président du MP, une instance devrait être mise sur pied pour trancher dans certains cas.

« La violence domestique est un fléau qui ronge notre société en ce moment et elle dépasse la dimension juridique ». Pour lui, “il est maintenant question d’érosion de nos valeurs, de culture, d’éducation et de sensibilisation ». Alan Ganoo a proposé qu’un master plan soit mis sur pied par le gouvernement pour étudier la question.

Le président du MP a indiqué que lors de la prochaine séance parlementaire, il compte souligner ces manquements à ce projet de loi.

Alan Ganoo s’exprimait lors d’une conférence de presse le samedi 21 septembre à St Jean.