CHOMAGE : Le spectre refait surface

Rassemblement des employés de Cernol Services et Ambre Hôtel au ministère du Travail

Des employés de Cernol Services Ltd et de l'Ambre Hotel ont tenu un rassemblement en face du ministère du Travail à Victoria House ce matin en signe de protestation contre le traitement qui leur est réservé par leurs employeurs respectifs. 29 employés de Cernol Services Ltd sont ainsi au chômage depuis hier sans avoir été notifiés officiellement par le patron Gérard Garrioch, ancien président de la MEF, alors que les employés de l'hôtel sont dans le flou depuis la location à un autre groupe de l'établissement où ils travaillaient.

Dans le cadre d'un deal entre le groupe Apavou et Sun Resort pour la mise en location de l'hôtel Ambre, Belle-Mare, la liste des employés susceptibles d'être retenus par Sun Resort n'est toujours pas connue, déplore la FTU. Une manifestation est ainsi prévue en face de l'hôtel La Plantation (régionale du groupe Apavou) le 9 juin (voir hors-texte). " Il faut enlever ces deux lois barbares que sont l'ERiA et l'EReA ", a insisté le président de la Fédération des travailleurs unis Atma Shanto dans une déclaration à la presse, lors du rassemblement de ce matin.

Sollicité au téléphone, le manager de Cernol Services Ltd, Gérard Commarmond, dans une déclaration au Mauricien ce matin, a attribué l'arrêt des opérations de l'entreprise à des raisons économiques (voir hors-texte).

" La plipart fam ki pena mari ki ti pe travay dan Cernol. Nou mem travayer ki ti pe travay la nuit ek lizour. Aster patron na pli ena sentima pou nou. Eski nou na pli bon azordi ? ", lance Marie Suzette Tolbize, 50 ans, veuve, après sa mise à pied par Cernol Services. " Mo paye la caze Rs 3 000, cela san kont mo manze, mo bwar, mo bann faktir : CEB, CWA, telephonn… Kuma mo pou viv ? Proprieter pou met mwa dehor ", ajoute-t-elle. Abondant dans le même sens, Letcheemee Lutchmanen, 48 ans, qui compte six années de service au sein de l'entreprise, affirme : " Mo pena mari ; mo ena deux zenfan ; mo depann lor mo meme. Tou responsabilite repoz lor mwa. A kot mo pou gagn enn lot travay. "

Anne Marie Milazar, qui compte plus de trois années de service, exprime son indignation : " Nou senti nou revolte. En sel kou patron nek dir nou pou ferme. Li fer kouma dir tabagie. Li ferme kan li envi. Li dir sa ki gouvernema dir pou paye li pou paye. " Marie Isabelle Rabaye, jeune mère de 24 ans, déplore : " Patron ti bizin donn nou preavis et non pa appel nou 5 h tanto le 31 mai pou dir nou ki na pli ena travay pou nou a partir 1er juin. Li kone ki so lizinn pou ferme, mais nou, nou pa kone narien. " De son côté, Marie-Louise Sylandrie, 58 ans, dénonce une " politique de deux poids deux mesures " : " Sur les 46 employés, on en a licencié trente, alors que les seize autres (chauffeurs, superviseurs, casual…) y sont toujours. "

Atma Shanto dénonce haut et fort la méthode adoptée par la direction de Cernol Services pour annoncer l'arrêt des activités de l'entreprise. " À chaque fois qu'on a demandé une réunion, on n'a rien eu, cela en dépit de la reconnaissance syndicale. La façon de faire du patron, Gérard Garrioch, ancien président de la MEF, est inadmissible : pas de notification aux employés et encore moins au syndicat, et aucune information sur le montant des indemnités aux employés licenciés. L'employeur abuse des provisions des deux lois du Travail, ERiA et EReA. Il procède à des licenciements sans se soucier de l'aspect social ", s'insurge-t-il.

Rappelant que quelque 7 000 employés ont été licenciés à Maurice sous ces deux nouvelles lois depuis 2008, le président de la FTU déplore : " Quel exemple l'ancien président de la MEF donne-t-il au pays ? Il n'a fait qu'écrire au ministère du Travail pour annoncer la fermeture de Cernol Services. Le comble est que le ministère n'a pas agi jusqu'ici pour nous éclairer sur la Severance Allowance et les compensations y relatives. " Pour Atma Shanto, " il est temps que le ministre Mohamed soutienne la demande syndicale pour l'institution d'un Redundancy Prevention Board, car aujourd'hui, un employeur peut procéder à des licenciements sans aucune justification ". Il insiste sur la nécessité d'enlever ces " deux lois barbares " et critique, dit-il, le lobbying de la MEF demandant au gouvernement de repousser l'échéance de leur amendement. " Nous demandons au ministre Mohamed de ne pas reculer face à la MEF, au JEC et aux autres organisations patronales. "

Du côté du ministère, il nous revient que les choses sont prises en main et qu'une réunion tripartite sous la présidence de Shakeel Mohamed est prévue demain à 15 h.

Gérard Commarmond (Cernol) : " On a perdu beaucoup de contrats "

Sollicité au téléphone sur l'arrêt des activités de l'entreprise et les licenciements, le Manager de Cernol Services Ltd Gérard Commarmond, en l'absence du General Manager Gérard Garrioch, affirme : " On a perdu beaucoup de contrats depuis 2010 dont ceux du ministère de la Santé, des hôpitaux régionaux et centres de santé. On a essayé de survivre, mais en vain. " Il soutient que le syndicat a conseillé aux employés de ne pas faire d'heures supplémentaires, de ne pas travailler pendant les jours fériés, ainsi que les dimanches. " Or, nos clients, notamment des hôtels, sont opérationnels pendant ces horaires. Avec le refus des employés de travailler à des heures indues, il est difficile pour nous d'accepter certaines commandes ", dit M. Commarmond. Il précise que l'entreprise a cessé ses opérations le 31 mai dernier et que 29 employés ont été licenciés.

Une manif devant La Plantation le 9 juin

Commentant la situation à l'Ambre Hotel, Atma Shanto annonce la tenue d'une manifestation en face de l'hôtel La Plantation du groupe Apavou à Balaclava, le 9 juin prochain. Soulignant que les négociations sont en cours avec le ministre du Travail Shakeel Mohamed, il trouve " inadmissible la façon de faire de Sun Resort qui continue d'imposer ses conditions après son deal avec le groupe Apavou. Il ne montre aucune considération pour des employés qui comptent plus d'une vingtaine d'années de service au sein de l'hôtel Ambre. La liste des employés qu'il envisage de retenir n'a toujours pas été rendue publique. Nous sommes dans le flou. Enough is enough ! " Atma Shanto ajoute que la prochaine réunion avec le ministre Shakeel Mohamed est fixée au mardi 7 juin.