CHRIS JO : Confidences de l’homme derrière le succès de Mo Rekonpans

Ce n’est pas seulement un soliste. Chris Jo est aujourd’hui responsable d’Otentik Groove. Il est aussi arrangeur musical et producteur de Mo Rekonpans, l’album qui a valu à Lin une reconnaissance certaine.

Produire Lin fut une excellente idée. N’est-ce pas, Chris Jo ?
Je me suis chargé d’arranger et de produire l’album Mo Rekonpans. J’ai pris la décision de faire rentrer Lin en studio et ai pris en charge les frais d’enregistrement : musiciens, studio, pressage du CD… Ce que Lin a réussi est une performance inédite. San Ou est “disque de l’année” sur une radio, Mo Rekonpans cartonne sur une autre et La Haut est classé sur une autre antenne. Cela démontre que les gens ont aimé plusieurs morceaux de cet album.

Quel est votre rôle dans l’élaboration du disque ?
Lin avait ses textes et sa voix. Nous (Otentik Groove) avons habillé de musique les paroles. Chacun a apporté sa contribution. Je n’avais qu’à trancher certains passages ou à peaufiner d’autres. J’ai eu la lourde tâche de décider des voix et des musiciens. De nos jours, l’arrangement d’un morceau a une place importante. C’est quelque chose que l’arrangeur est obligé de soigner et il doit prendre le temps nécessaire pour le faire. L’orchestration d’une musique est une affaire d’inspiration. Cela dépend du feeling suscité.

Quelles sont vos références ?
Je gravite dans un univers jazz-rock. John Petrucci, Greg Howe, Guthrie Govan, Tom Quayle… des guitaristes que j’apprécie. Je dois dire que YouTube a beaucoup contribué à élargir mon champ de vision. Cela a enrichi la créativité.

Dans les morceaux Laparans (Blakkayo) et Revey twa (OSB), vos solos sortent du lot. À quoi est-ce dû ?
Un solo est une part de la personnalité du musicien. Je crois avoir une personnalité assez mélancolique par moments, une certaine sensibilité. Je reste toujours positif dans mes pensées afin de préserver ma sérénité. J’éprouve du respect pour autrui. C’est aussi cela que l’on retrouve dans ma musique. C’est comme cela que les choses doivent être. Et pas autrement ! Prendre la grosse tête ou se considérer supérieur aux autres ne mène nulle part. Il faut rester simple.

Et Otentik Groove ?
C’est un groupe monté en 2008 avec Didier Baniaux à la basse, Elvis Héroseau aux claviers, Jean-Michel Ah-Young à la batterie, Joas Ephraim et moi-même. Otentik Groove s’est constitué pour une tournée sous le commandement de feu Georges Corette au Summer jam. La formule OSB/Otentik Groove est alors une association qui marche auprès du public. Nous avons par la suite joué sur le DVD de Blakkayo.
Otentik Groove est une formation indépendante. Nous n’accompagnons pas qu’un seul chanteur. On peut accompagner Tian Corentin, et après Linzy Bacbotte. Nous étions un groupe de musiciens sans chanteur attitré. Lin est à présent le chanteur d’Otentik Groove.

Otentik Groove envisage l’étranger ?
Je suis en attente d’une confirmation pour une sortie. Cela fait plaisir de savoir que la communauté mauricienne nous écoute, mais je ne me vois pas vivre loin de Maurice et de Rodrigues. Je me rends à l’étranger pour faire des prestations; après, je rentre.

Un mot à propos des prochaines élections rodriguaises ?
Pour être franc, je ne suis pas la politique. C’est cependant bien que Rodrigues puisse choisir ce qui est le mieux pour elle-même. Que le meilleur gagne et amène le meilleur pour le peuple ! Je me rends à Rodrigues prochainement. Un parti politique nous a approchés pour assurer la partie musicale. Un déplacement qui n’a rien à voir avec la politique.


Solo sous la douche
Chris Jo est descendu parmi nous après une traversée marine à bord du Mauritius Pride. Il est venu avec un projet en tête. Ce jeune homme de 18 ans s’appelle Jean-Luc Clair à la ville. La scène ne tardera pas à réclamer cet habitant de Port Sud-Est, un guitariste plein de promesses. Il est inscrit au Conservatoire François Mitterrand. Le jeune musicien veut devenir prof de musique et transmettre le savoir acquis dans son ancien collège à Le Chou.
Les horizons du guitariste s’élargissent au fil des rencontres. Chris Jo intègre Zot Sa. On se souvient d’un garçon souriant et visiblement heureux de passer à la télé. Le jeu de guitare avait déjà ce petit quelque chose qui allait faire toute la différence au cours des années qui vont suivre. La rythmique séga coule de source avec un grand frère comme Rico Clair. Jean-Luc s’amusait alors à imiter des solos sous la douche. Jusqu’à les dérouler en live sur scène.
Chris Jo se signale dans Laparans et se démarque durablement par ses solos au sein de Natir Samarel, lorsque ce groupe accompagnait OSB.