Les annales politiques s’en souviendront longtemps. Pravind et ses seconds couteaux ont blessé le pays. Un passage forcé et sans consentement jusqu’à la premierministrerie. C’est certes légal, mais pas moral. Le peuple a voté le vieux par défaut; mais on ne lui a jamais demandé son avis pour ce qui est du fils. Imposé comme un imposteur. Est-ce cela l’origine du mal qui abat sur nous des fléaux comme jamais auparavant ? C’est la grande débandade.