CINÉMA - EN SALLE : Seven Sisters

Science-fiction/thriller de Tommy Wirkola
Avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe
Durée : 2h04

Synopsis
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses sept petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparaît mystérieusement…

Le scénario original de Seven Sisters a figuré sur la célèbre blacklist des scénarios les plus prometteurs n’ayant pas encore trouvé de financement. Bien ficelée, cette dystopie portée par la performance de Noomi Rapace est la belle surprise de cette fin d’année.
Magistrale, Noomi Rapace dépasse le simple jeu des apparences et du travestissement de l’acteur, du grimage et du maquillage. À chaque personnage, elle a trouvé une personnalité, leur associant des musiques et des parfums propres. Sa manière de les faire exister de manière différenciée, dans un jeu stupéfiant, est éblouissante.
 


Dunkerque
Film de guerre/histoire de Christopher Nolan
Avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Tom Hardy
Durée : 1h47
Synopsis
Au début de la Seconde Guerre mondiale, en mai 1940, environ 400,000 soldats britanniques, canadiens, français et belges se retrouvent encerclés par les troupes allemandes dans la poche de Dunkerque. L’opération Dynamo est mise en place pour évacuer le Corps expéditionnaire britannique (CEB) vers l’Angleterre.
L’histoire s’intéresse aux destins croisés des soldats, pilotes, marins et civils anglais durant l’opération Dynamo. Alors que le CEB est évacué par le port et les plages de Dunkerque, trois soldats, Tommy, Gibson et Alex, arrivent à embarquer sous les bombardements, avec un peu d’ingéniosité et de chance. Mais un autre périple les attend : la traversée du détroit du Pas de Calais. De l’autre côté de la Manche, M. Dawson, un propriétaire de bateau de plaisance, prépare avec son fils cadet, Peter, et un jeune garçon, George, la réquisition de son embarcation par la Royal Navy. Enfin, dans les cieux, trois pilotes britanniques, dont Collins et Farrier, sont en route pour Dunkerque, avec pour mission de couvrir l’évacuation contre les chasseurs et bombardiers allemands, tout en surveillant leur réserve de carburant.
Avec Dunkerque, Christopher Nolan signe peut-être son meilleur film et sans aucun doute l’un des plus forts de cette année. Pour ce film-là, comme pour les autres, Christopher Nolan détourne un genre classique pour une interprétation plus psychologique. C’est sa force : d’un fait de guerre assimilable à une débâcle, il tire une épopée humaine.
Dunkerque a été tourné à Dunkerque, en région Hauts-de-France, grâce au crédit d’impôt international mis en place au 1er janvier 2016 par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC).
Cette superproduction hollywoodienne a mobilisé, de mai à juin 2016, pas moins de 450 techniciens, et plus de 2,000 figurants. Les retombées économiques, calculées par la ville et par l’office du tourisme, représentent entre 5 à 7 millions d’euros pour l’économie dunkerquoise.
Par souci d’authenticité, pour les scènes de batailles, Christopher Nolan a décidé d’utiliser de vrais navires destroyers et non des bateaux créés numériquement.