Il s’appellera Kaleidoscope ! et sera le tout premier album de The Clarisse Sisters. Les trois choristes qui évoluent sur la scène internationale sont sous les projecteurs avec, à leurs côtés, des pointures de la musique locale et internationale : Belingo Faro, Basia, Menwar, Linley Marthe, Jean-Paul Bluey Maunick… Construit à partir des expériences vécues par les choristes au parcours exceptionnel avec des artistes tels Basia ou Erasure, cet album laisse entendre différents styles. Parmi, une reprise jazzy très savoureuse de Papitou de Ti-Frer, dont le lancement est prévu cette semaine.
“Papitou”, siffle-t-on dans un bruissement de feuilles de cannes, “pa ti gagn letan, li ti ras pake sa pov fam la”. La voix éraillée de Ti-Frer accompagnée du tintement métallique de son triangle est gravée dans les mémoires. Comme Charlie O, Ti Pierre Ti Paul, Mama Betina, Roseda, Anita, cette chanson et quelques autres créations du vaste répertoire du griot Ti-Frer ont pu être préservées. “Dousma Papitou” : le refrain fait partie du patrimoine et rythme ce chapitre d’une histoire qui conte la construction de l’identité d’un peuple et de sa culture. Chanson symbole portée par ce ségatier désigné “roi du blues mauricien” par Emmanuel Richon du Blue Penny Museum, Papitou est intemporelle. Ni saison ni genre; aucune barrière.
Pour ces raisons et d’autres encore, il appartient au domaine du sacré. Sujet tabou : défense d’y toucher ! Sauf exception. Reprendre Papitou sans commettre de sacrilège est un privilège qui se gagne. Il requiert de l’expérience, un talent confirmé, des aptitudes uniques, un feeling, un parcours, une histoire, des faits d’armes exceptionnels. Annick, Véronique et Dominique ont tout cela, et peut-être même davantage. Le Papitou de The Clarisse Sisters qui sort cette semaine donne envie de crier : “Bare, ala mo vini !” Vous comprendrez pourquoi à son écoute !