Pravind Jugnauth est déterminé. Ayant fait de la lutte contre la drogue son cheval de bataille, à chacune de ses sorties, il ne manque pas de le rappeler, allant jusqu’à dire “nou pe donne resilta lor resilta!” Une adresse faite en présence du leader de l’opposition lors des célébrations du Nouvel An tamoul, le Varusha Pirapu, au MGI, vendredi, où étaient conviés plusieurs parlementaires et personnalités. Le Premier ministre a, dans son discours, donné la garantie que “pli devan ou pou truv resilta encore.” Il a souligné le rôle unificateur des organisations socioculturelles. Un rôle en parallèle à celui du gouvernement qui souhaite le progrès de la société appelée à grandir dans les valeurs et les principes qui font la particularité de Maurice, où règnent le respect et l’harmonie sociale.
Le gouvernement déploiera tout l’arsenal nécessaire pour combattre la mafia, a indiqué Pravind Jugnauth, soulignant qu’il ne s’agit pas de paroles mais d’actions qui s’ensuivent. Cependant, prévient-il, “il faut rester vigilant face aux trafiquants de drogue qui savent contourner les obstacles que le gouvernement dresse devant eux pour les empêcher d’empoisonner la société.”
Le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour lancer un appel aux organisations socioculturelles de toutes les communautés, ainsi et surtout aux parents pour poursuivre le travail commencé en vue de la préservation et la transmission des valeurs, cultures et traditions aux jeunes générations. “Il faut encourager l’éducation et veiller à ce que nos jeunes ne succombent pas aux fléaux divers comme la drogue, l’alcool, la cigarette, la violence et la criminalité”, dit-il.
Pravind Jugnauth souhaite ainsi un travail complémentaire avec les organisations socioculturelles pour préserver nos valeurs unificatrices qui font la richesse du pays. Selon lui, les organisations socioculturelles et le gouvernement ont la même vision pour le pays: celle du partage, du respect d’autrui et de l’harmonie. C’est dans cette optique, dit-il, que suivant son appréciation du travail effectué par les organisations socioculturelles, il a augmenté leur subvention financière lors du dernier budget. Et d’affirmer également que, pour le progrès du pays, le gouvernement continuera à créer des opportunités pour permettre à chaque enfant de réussir.
Plainte contre Sudesh Rughoobur : “Laissons la police faire son enquête”
Mercredi, à l’issue d’une cérémonie de remise de la Letter of Intent au Harrilall Vaghjee Hall à des propriétaires ayant acquis des terres de l’État, repondant aux questions des journalistes, le PM est revenu sur la commission d’enquête relative à l’affaire Britam. Tenant à clarifier les choses en expliquant que cette enquête ne relève pas de l’affaire BAI mais concerne uniquement la transaction de la vente des actions de Britam, il a dit: “Que l’argent de la vente de Britam ait été utilisé pour payer qui que ce soit n’est pas l’issue. Ce que nous voulons savoir c’est dans quelles conditions et de quelle manière cette transaction a été faite.” Ce qui est troublant dans cette affaire, rappelle-t-il, c’est qu’il y a eu une offre d’achat à un prix, mais que la vente a été effectuée à bien moins que le prix offert. “Je n’accuse personne en disant cela. Le gouvernement a décidé qu’il vaut mieux qu’il y ait une enquête pour éclairer les zones d’ombre”, dit le chef du gouvernement.
Interrogé sur la plainte déposée contre le député Sudesh Rughoobur pour émission de chèques sans provision, Pravind Jugnauth dit avoir pris connaissance de cette affaire dans la presse. Indiquant qu’il a eu une conversation avec le concerné, le PM se refuse toutefois à tout commentaire, disant laisser la police faire son enquête.
Interrogé au sujet de Navin Kistnah, cerveau présumé dans l’importation de 135 kg d’héroïne, Pravind Jugnauth a indiqué qu’il détient certaines informations qu’il ne peut divulguer afin de ne causer aucune préjudice à l’enquête. “Nou l’action c’est saisi la drogue ki pe rentré dan pays ou ki destiné à rentré dan pays et attrap ban dimoun ki dan sa trafic là. Cela veut aussi dire attrap ban commanditaires”, dit-il, donnant la garantie que les informations seront divulguées en temps et lieu.
Lundi, le PM a reçu à son bureau la jeune Jane Constance, nommée artiste de la Paix internationale de l’UNESCO. L’occasion pour le Pravind Jugnauth d’exprimer sa fierté devant cette reconnaissance internationale qui fait honneur au pays. Pour le chef du gouvernement, “Jane Constance est un exemple à suivre pour les jeunes.” Il en a profité pour aborder la réforme éducative mise sur pied par son gouvernement visant à donner à tous les enfants la chance de développer leurs talents.