COMMINGLING DES PARIS—MUKESH BALGOBIN: « Nous ferons une demande de licence de totalisateur »

Après la rédaction d'un rapport, dit-il, le MTC prendra la meilleure décision possible dans l'intérêt de l'industrie hippique

Il n'y avait certes pas la foule des grands jours, jeudi dernier au nouveau restaurant Eighty Eight de Bagatelle, mais c'était suffisant pour comprendre que le début de la saison 2017 n'est qu'une question de jours. En effet, le Mauritius Turf Club (MTC) version Mukesh Balgobin, selon ses propres termes, a choisi de zapper la traditionnelle conférence de presse de début de saison pour un Get Together entre les stakeholders des courses mauriciennes. Certains sont restés jusqu'au bout, d'autres ont fait de rapides, voire de brèves apparitions, quelques-uns se seront même carrément absentés.
Dans son intervention, Mukesh Balgobin s'est félicité que malgré le fait que son board est en action que depuis 23 jours, un volume de travail a été accompli pour non seulement permettre à la saison de bien débuter, mais aussi de s'assurer qu'il y ait une note d'innovation au Champ de Mars. Au niveau du sponsoring des journées, le président du MTC a annoncé que 26 journées sont déjà assurées d'être soutenues par un commanditaire. « C'est pour vous dire que la confiance commence à revenir petit à petit au Champ de Mars, et en tant que président, je vous promets de m'investir davantage pour redorer le blason de l'industrie hippique. Mes collègues administrateurs et moi sommes conscients de la tâche qui nous attend et chacun d'entre nous est 'fully committed' », a soutenu le président du MTC.
200 nouveaux en actions
Ce dernier a salué au passage le soutien des entraîneurs— qui est passé de 12 à 14 cette saison avec les écuries Daby et Sewdyal— et des propriétaires qui, dit-il, ont investi dans l'achat de nouveaux chevaux pour la nouvelle saison. « Au total, nous devrions avoir plus de 200 nouveaux chevaux pour la saison 2017. La majeure partie est déjà à Maurice alors que d'autres attendent d'être embarqués. Les premiers nouveaux que vous verrez à l'œuvre seront en action dans notre première course classique, la Vocalcom Duchess of York Cup, et si tout se passe bien, nous aurons 11 partants au départ de ce sprint de 1400m, ce qui est quand même exceptionnel », a-t-il expliqué devant un parterre d'invités.
La discipline restera le maître mot pour le nouveau président du MTC. Il a assuré que son board veillera à ce que les règles du jeu soient respectées. « Nous avons recommandé au panel de commissaires des courses d'être très sévère à l'encontre des contrevenants, à l'encontre de ceux qui tenteront de jouer au plus malin. Si nous voulons réinstaurer cet élément de confiance, il nous faut de la discipline… à tous les niveaux », a insisté le président du MTC. L'ordre, a insisté Mukesh Balgobin, doit être de mise à tous les niveaux. « Je parle des jockeys et apprentis, des entraîneurs, des opérateurs de paris et des turfistes. L'autre jour, un journaliste me disait que la meilleure communication du MTC est ce qui se passe sur la piste. Et il avait parfaitement raison. C'est pourquoi les commissaires des courses seront sans pitié et je crois pouvoir avancer que les enquêtes importantes seront ouvertes et bouclées dans la mesure du possible dès samedi après-midi. »
Combattre les paris illégaux
Dans la foulée, le président du MTC a lancé un appel pour le combat contre les paris illégaux et les bookmakers clandestins. Même s'il reconnaît que la tâche ne sera pas facile, la bonne volonté et une dose de détermination peuvent aider selon lui à améliorer la situation. « Les bookmakers clandestins et les paris illégaux font un tort immense à l'industrie des courses, car des sommes colossales quittent le circuit. Ce qui représente un manque à gagner conséquent au MTC et à vous messieurs les entraîneurs et propriétaires, du fait que vous auriez pu gagner plus en termes de 'stakes money' », rappelle le président du MTC, qui souhaite dans ce combat le soutien de la GRA, la Police des Jeux, la MRA et le ministère des Finances.
La brûlante actualité était aussi au menu de l'intervention du président du MTC. Notamment les arrestations survenues dans le cadre de la saisie de Rs 2 milliards d'héroïne, où certaines personnes emportées dans cette affaire sont liées aux courses. « Je voudrais aussi faire un appel aux entraîneurs pour qu'ils assument leurs responsabilités. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que l'industrie hippique a été trainée dans la boue avec la récente saisie de drogue. Je tiens à faire ressortir que les noms de deux personnes interpellées par la police dans le cadre de l'enquête ont effectivement figuré sur le programme officiel comme 'honorary owners'. Ils ne sont pas enregistrés comme propriétaires. Il nous incombe de tirer des leçons de cette mauvaise expérience. Et là également nous allons prendre les décisions qui s'imposent », a déclaré le président du MTC.
Virage à 180°
Mukesh Balgobin a aussi évoqué le dossier dont Week-End avait fait mention la semaine dernière : le commingling. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le président du MTC a fait un virage à 180°, puisqu'il a annoncé jeudi dernier que le club allait faire une demande pour une licence afin d'opérer comme totalisateur au nom de la nouvelle compagnie MTC Sports and Leasure LTD. « Le MTC a créé une compagnie 'MTC Sports and Leisure Limited', et après avoir envoyé une 'letter of intent' à la GRA, très bientôt nous ferons une application pour une licence de 'totalisator operator', ainsi que pour une licence ayant trait au 'local race inter-totalisator betting'. 
Il y a tout un travail à faire, notamment une étude, qui sera sans doute suivie par le rapport d'un expert. Après quoi, le MTC prendra la meilleure décision possible dans l'intérêt du MTC et de l'industrie hippique ». Sans aucun doute, ce changement confirmé du président du MTC— qui la semaine dernière dans les colonnes de l'express affirmait le contraire— est la bonne nouvelle de ce début de saison.
Par ailleurs, notons que le président du MTC a insisté pour que les entraîneurs et jockeys se mettent à la disposition des journalistes en vue d'éclairer l'opinion publique et les turfistes. Il a aussi annoncé l'arrivée d'une émission sur la chaîne Tellytrack d'Afrique du Sud, qui sera animée par Mark Neisius et sera diffusée dans une trentaine de pays. Le wirecam fera aussi son entrée cette saison pour des images plus intéressantes et une puce électronique permettant de mieux suivre la course des chevaux.


BOOKMAKERS: Le MTC réclame une avance Rs 200 000
Allons-nous vers un nouveau conflit entre le MTC et les bookmakers en ce début de saison, comme ce fut le cas l'année dernière? La question est posée avec la décision du club de réclamer une avance de Rs 200 000 à la quarantaine de bookmakers qui détiennent une licence auprès du MTC. Selon nos informations, cette demande d'avance n'a pas été justifiée de façon claire, mais la MTC a indiqué aux bookmakers que les comptes seront mis à niveau à deux ou trois journées avant de la fin de la saison. Comme il fallait s'y attendre, la grogne s'est installée et des actions légales ne sont pas à écarter, d'autant que le MTC fait cette fois des réclamations de Rs 3 500 par journée pour le « broadcasting ».
Toutefois, la question qui demeure est si le MTC peut exiger et recueillir des avances, n'étant pas une organisation qui dispose d'une licence de la FSC (Financial Services Commission) sous le Finance Bill? A fortiori, la réponse à cette question est non. Attendons voir…