« La saga Alvano Sobrinho continuera à hanter ce pays et ce gouvernement pour encore de long mois ». C’est sur ces notes qu’Alan Ganoo, leader du Mouvement Patriotique (MP) s’est exprimé sur cette affaire ce samedi 24 mars à Quatre-Bornes.

Il est revenu sur la déclaration du Premier ministre hier vendredi 23 mars, dans le sillage de la démission à la présidence. Selon Alan Ganoo, c’est juste une riposte du gouvernement face à la pression de l’opinion publique. « Pu nu sa li clairement enn machination politique, enn statégie pu renverse la vapeur et li enn farce pu dévier l’attention public lor saga Sobrinho »

Ce dernier s’interroge encore sur l’institution de la commission d’enquête ayant dans son viseur l’ancienne présidente, Ameenah Gurib-Fakim. « Li p met commission d’enquete lor l’ancienne presidente mais pas lor sobrinho. Si gouverneman la ti vraimem envi fer la lumiere sur toute cet affaire li ti bizin met sur pied sa tribunal la meme apres la démission, mais le gouvernement pann choisir sa voie la bondié kone kifer » déplore-t-il.

Selon le leader du parti, cette commission d’enquête est un coup d’épée dans l’eau « Se enn perversion, li p fer bouffon ar la population » avance-t-il. Ce dernier est persuadé que cette enquête sera parsemée d’obstacles, de complexité légale en tous genres avant que la lumière soit faite. Il reste convaincu que le tribunal aurait été l’instance la plus appropriée pour connaître toute la vérité.

Il a aussi commenté les propos du chef de l’État qui demande à ceux ayant des informations sur l’affaire Alvaro Sobrinho de venir dénoncer à l’ICAC. Pour le leader du Mouvement Patriotique, cette institution est aujourd’hui un outil décrédibilisé aux yeux de la population, « sa nom l’ICAC lamem dimounn gagn embarasser ar sa. Ki garanti de confidentialité ki dimounn pu ena ?« , s’interroge-t-il.

Toutefois, suite à l’enchainement des évènements, qui remet selon lui en question aujourd’hui, la crédibilité de Pravind Jugnauth et son régime, il reste optimiste sur le fait que la tournure des choses peut renforcer tous les partis de l’opposition et la population.