COMMITTEE OF SUPPLY—VOTE ÉLECTRONIQUE: Le GM adoptera le modèle indien

« Pas d’élections en 2014 », répond le PM sur ton badin à une question de la députée Arianne Navarre-Marie

Le gouvernement adoptera le modèle indien du système de vote électronique. C’est la réponse donnée aujourd’hui par le Premier ministre, Navin Ramgoolam au Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, lors de la séance des examens en comité des dépenses prévues en 2014.
Pour Navin Ramgoolam, le système de vote électronique indien « seems to be the best » et de ce fait, indique-t-il, le GM proposera ce modèle en vue des élections. La question de vote électronique, pour rappel, a été évoquée depuis longtemps. Des spécialistes indiens ont déjà présenté les matériels utilisé, et des délégations mauriciennes se sont rendues en Inde pour constater leur mise en œuvre dans le cadre des élections dans la Grande Péninsule. Navin Ramgoolam ajoute que le système de vote électronique évitera les cas de tricherie et rappelle qu’en 2010, le jour du counting, ses colistiers Devanand Ritoo et Satish Faugoo ont dû veiller au grain car 500 bulletins de vote de différence avaient été notés.
La séance parlementaire a été particulièrement animée aujourd’hui lorsqu’on traitait des dépenses envisagées pour l’Electoral Commissioner’s Office pour 2014. À un moment, la députée de l’opposition Arianne Navarre-Marie, se référant à un item concernant les electoral services, a demandé au Premier ministre s’il fallait conclure que les élections générales allaient se tenir en 2014. Sur un ton badin, Navin Ramgoolam a répondu qu’il n’y aurait pas d’élections l’année prochaine.
Navin Ramgoolam a également indiqué qu’un lopin de terre a été identifié à Réduit pour accueillir les nouveaux locaux de l’Electoral Commissioner’s Office et que les procédures nécessaires en ce sens ont été enclenchées. Le PM répondait à une question du député Rajesh Bhagwan, qui estimait qu’il était grand temps de délocaliser cette institution dans une « more secure area ».
La séance a été marquée par des échanges verbaux entre la députée Lysie Ribot et le ministre du Travail Shakeel Mohamed, alors qu’intervenait Navin Ramgoolam. Le Speaker a dû intervenir pour ramener le calme.

Commentaires

Le vote électronique, en dématérialisant les objets du vote - bulletins, urne, isoloir interdit tout constat de sa justesse. Si le système modifie des votes, il est possible que ni les électeurs, ni les organisateurs ne s'en rendent compte.

L'ASTI, fédération de 30 associations professionnelles et scientifiques d'informaticiens (plus de 5000 membres dont de nombreux chercheurs) a d'ailleurs été très claire sur le sujet :
« l'ASTI recommande que [...] pouvoirs publics, partis politiques et société civile ne recourent en aucune manière au vote électronique anonyme »

Pour en savoir plus, lire l'article "Transparence, élections et vote électronique" d'un chercheur d'un laboratoire CNRS d'informatique. Il a été présenté lors de la dernière journée d'études de l'AFDC.
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00435966/fr/