Enseignante de Kreol morisien au primaire, Tenusha Jundoosing qui, à la base, a une formation scientifique, s’est démarquée lors de la première édition de la compétition littéraire de la Creole Speaking Union (CSU) pour son recueil de poésie « Rekonfor dan letan dir… »
Présenté en six parties courtes, son recueil propose dix-huit poèmes considérés par le président de la CSU, Arnaud Carpooran, comme « une invitation à un recueillement ». « Lapel lanatir », « Sime spiritiel » « To spesial », « Bann rev », « Souvenir enn lamour », « Vwayaz lavi » sont les grandes thématiques auxquelles elle touche dans sa création. En des mots simples, jouant sur la sonorité et le langage imagé de notre langue maternelle, la poétesse arrive à nous faire frissonner. Au travers des sujets de réflexions, elle apporte un brin de réconfort et d’espoir au lecteur, même dans les moments les plus durs, comme elle le souhaite peut-être en proposant le titre du recueil « Rekonfor dan letan dir… ».
Sur la quatrième de couverture, le président de la CSU dit son appréciation de cet ouvrage : « A traver sonorite bann mo kreol ki defile lor kadans zot bann ritm ek rim enn kote, ek lot kote, inpresion viziel spesifik ki emerze par dispozision spasial bann ver sak poem, lefe final ki degaze par sa rekey-la se enn santiman estetik ek poetik anti-spleen ek anti-stress ki vinn rezim presizeman lobzektif tit-la : Rekonfor pou letan dir… »
Tenusha Jundoosing n’est pas à sa première expérience au niveau de l’écriture poétique. Cette habitante de Quatre-Bornes écrit des poésies en anglais qui peuvent être vues sur le web. Cependant, la jeune femme a eu un parcours scientifique. De l’école secondaire jusqu’à son premier cycle universitaire à l’Université de Maurice, elle a choisi des matières scientifiques et a complété un BSc (Hons) en agriculture. Après avoir travaillé pour une courte durée comme agronome dans une entreprise du secteur privé, elle a décidé de changer d’orientation, en optant pour ce qu’elle aime par-dessus tout : la langue. « J’ai toujours été fascinée par l’écriture mais sur les conseils de mes parents, j’ai suivi une filière scientifique. Il est vrai que je m’intéressais aussi beaucoup aux plantes et à la botanique, d’où le choix de l’agriculture à l’université ». Très vite, la jeune femme décide de s’inscrire au cours menant à un Teacher’s Diploma au Mauritius Institute of Education (MIE) avec spécialisation en Kreol morisien. Après deux années d’études, elle devient institutrice. « Mo byen kontan mo swa. Mo byen satisfe ».
À l’annonce du concours littéraire par la CSU, Tenusha Jundoosing décide d’y participer. « Je me suis dit pourquoi pas ? Avant j’écrivais en anglais ou en français, et là le défi était d’écrire en kreol. Nous faisons partie des nombreuses générations qui ont été conditionnées à penser et à écrire en anglais et en français. L’expérience de penser et d’écrire dans sa langue maternelle n’est pas difficile. Bien au contraire, après une petite période d’adaptation, car li pran enn ti letan pou repans an kreol et ekrir an kreol, parski nou pe retravay nou servo, li vinn pli fasil ». Notre interlocutrice souligne d’ailleurs que la maîtrise d’une langue permet plus facilement de passer à une autre langue. En ce moment, elle travaille sur d’autres poèmes mais aussi sur un roman. Tenusha Jundoosing dit écrire lorsqu’elle se sent inspirée. « Li pa enn devwar me enn pastan ». Donc aucun stress pour la jeune femme, seulement du bonheur lorsqu’elle est inspirée. À ceux qui souhaitent se lancer dans l’écriture, elle les encourage vivement. « Souvan nou senti nou mal, nou gagn onte e nou gard nou ekri dan enn kwin, me nou bizin pa blie ki lekritir kapav sanz nou et inspir lezot dimounn, donk pa casiet se ki nou ekrir ».
Tenusha Jundoosing a décroché le premier prix pour le genre poétique, alors qu’Anaas Ruhomaully a eu le premier prix pour son recueil de nouvelles, « Longanis, saser, korbo ek lezot ti-zistwar », et Melanie Pérès pour son roman « Tigann, traverse enn madam dan divan kontrer ».
Ci-dessous, un des poèmes de Tenusha Jundoosing paru dans son recueil « Rekonfor dan letan dir… » édité par la Creole Speaking Union et disponible en librairie.