Ils ont eu chaud. C’est le cas de le dire pour les familles rodriguaises qui ont connu pour certains « la nuit la plus longue de leurs vies ».

A Petit Gabriel, chez la famille Prosper, ils poussent un ouf de soulagement maintenant que Gelena s’est éloigné de Rodrigues. En outre, le constat des dégâts est accablant.

Le toit d’un garage arraché par les rafales, des portes détruites par la force du vent, des vitres qui ont volé en éclat, des feuilles de tôles ici et là, c’est la stupeur alors que l’avis cyclonique a été levé. Il nous revient que l’électricité n’a toujours pas été rétablie pour l’heure. Pour ces familles, l’heure est au constat et au nettoyage.

Pour rappel, un avertissement de cyclone de Classe IV était en vigueur à Rodrigues jusqu’à 13h10 ce dimanche 10 février. Il y a actuellement 142 personnes dans les centres de refuge.