La troisième réunion trimestrielle gouvernement-secteur privé qui a eu lieu hier à la cybertour d’Ébène, a été dominée par la préparation du Budget 2016-2017 qui, selon le Premier ministre, devrait être présenté le 6 juin. « Tout s’est bien passé et nous avons fait des suggestions responsables. Nous considérerons et verrons ce qui est réalisable. Nous ferons ce que nous pourrons jusqu’à la fin de notre mandat », a fait comprendre sir Anerood Jugnauth. Le président et le directeur exécutif de Business Mauritius, Arnaud Dalais et Raj Makoond, ont qualifié les discussions de « positives » et affirment avoir insisté sur la facilitation des investissements, l’inadéquation au niveau de l’emploi et les mesures pour relancer l’investissement ainsi que la productivité.
Les deux parties avaient opté hier pour le franc-parler. Le Premier ministre en a profité pour déplorer les « hésitations » observées au niveau du secteur privé. « Despite all recent efforts from government’s side, I feel that the private sector is still in an unjustified hesitant mode », a-t-il lancé en demandant aux capitaines du secteur privé de dire franchement où le bât blesse.
« I wish to emphasize that pre-Budget consultations constitute yet another platform to reflect together on the best paths and avenues to reach the national goals with regards to economic growth, wealth creation and social progress », a soutenu sir Anerood Jugnauth. Avant de rappeler que le but du Joint Public-Private Sector Steering Committee est de promouvoir la facilitation des affaires et le développement, l’investissement, la création d’emplois de manière à générer la richesse, tout en enlevant les obstacles susceptibles de freiner la mise en oeuvre des projets du secteur privé.
Le Premier ministre a également observé que depuis la première réunion en septembre dernier, plusieurs mesures ont été prises pour accélérer le traitement des projets. Ainsi, le Fast Track Committee a approuvé 49 projets nécessitant des investissements de Rs 50 milliards. «La Banque de Maurice a baissé le taux d’intérêt directeur afin de réduire le coût des financements», a-t-il ajouté. Parmi les mesures prises figure l’adoption par le Parlement de la loi sur les BOT en vue de faciliter la participation du secteur privé dans les projets d’infrastructures du secteur public. « Nous sommes conscients de l’importance de la facilitation des affaires et sommes prêts à aller encore plus loin afin d’améliorer le “ Ease of Doing Business framework ” », a souligné sir Anerood Jugnauth. Pour lui, il y a encore de grands potentiels dans le secteur touristique, le secteur manufacturier, l’énergie renouvelable, les activités portuaires, et les services financiers, les TICs, l’éducation, la santé et l’économie océanique.
Dans un autre volet, sir Anerood Jugnauth a mis l’accent sur la stratégie africaine de Maurice. Concernant le corridor aérien entre Maurice et Singapour lancé en mars dernier, le Premier ministre a annoncé que « l’intérêt pour le projet s’amplifie ». Ainsi Air Asia, une des plus importantes compagnies aériennes dans le monde, a manifesté son intérêt pour se joindre au corridor aérien. Le Premier ministre s’est dit confiant d’atteindre les objectifs fixés dont un niveau de taux de croissance de 5% annuellement, un déficit budgétaire de 3% et un plafond de dettes de 50% du PIB en 2018. Sa volonté de réduire le taux de chômage à 4% a également été exprimée.
Le Premier ministre a dans le même élan invité le secteur privé à mettre l’accent sur des activités productives, et ne pas compter uniquement sur le développement immobilier. « We expect our private sector to show again the entrepreneurial drive, the innovative approach and the risk-taking appetite they have shown to achieve the first economic miracle and transform our country », a conclu le Premier ministre.