CONTESTATION DU DEMOLITION ORDER : Me Rama Valayden se retire comme avocat d’Atmanand Moorar

Les plaidoiries des hommes de loi reportées à la dernière minute hier avec un nouvel affidavit du ministère des Terres et du Logement
  • Dans une lettre adressée au ministère le 22 juillet dernier, Atmanand Moorar admet avoir reçu un “Legal notice”

L’affaire de la famille Moorar, qui conteste le demolition order de sa maison à Barkly, a été appelée ce matin devant la juge Rita Teelock. Mes Rama Valayden, Segaren Veeramundar et l’avoué Kavirak Bokhoree ont logé une motion pour ne plus représenter Atmanand Moorar par éthique professionnelle. Atmanand Moorar devra être de retour en Cour demain avec un nouvel homme de loi. Par ailleurs, des débats autour des objections préliminaires dans le cas de Jonathan Gafoor ont été fixés à vendredi.
Coup de théâtre lors de l’audience d’hier devant la juge en chambre Rita Teelock. Alors que l’affaire était in shape depuis vendredi et que les avocats des deux parties allaient soumettre leurs plaidoiries hier après-midi, les hommes de loi de la famille Moorar ont été pris de court par un nouvel affidavit produit par le ministère des Terres faisant état d’une lettre envoyée par l’un des contestataires. Dans cette lettre, il signifie son intention de se plier au Legal notice. Face à ce développement de dernière heure, Me Rama Valayden qui s’était déjà préparé à mettre en avant ses arguments pour défendre le cas des Moorar, a demandé un renvoi, le temps de prendre position.
À 13 h 15 hier, Mes Rama Valayden, Segaren Veeramundar et l’avoué Kavirak Bokhoree, qui représentent des Moorar de Barkly, étaient prêts à plaider la cause de cette famille qui conteste le Demolition order dans le cadre du projet Metro Express. Pas plus tard qu’hier matin, les hommes de loi, après les derniers échanges d’affidavits, étaient convaincus que le ministère des Terres et du Logement n’avait pas pu démontrer que les Moorar avaient empiété sur les terres de l’État. Cependant, le ministère des Terres n’avait pas encore joué sa dernière carte. L’audience prévue pour les plaidoiries hier a été marquée par un développement de taille avec un nouvel affidavit du ministère concerné qui soutient que l’affidavit juré par les Moorar « has been made in bad faith and is false and misleading ». Le ministère a produit une lettre d’Atmanand Moorar datée du 22 juillet 2017 dans lequel ce dernier écrit que « We (heirs of late Mr Derjwindurnath Moorar) have intention to abide to the legal notice received to us on Friday 20 July 2017 ». Le contestataire en question va un peu plus loin en demandant des précisions sur le terrain squatté. « We would be grateful if you send officially a government officer to do the exact land marking to be able to quit and vacate the State Land of an approximate extent of 74 square metres being Ex railway, within seven days for the forthcoming Metro Leger Project », écrit Atmanand Moorar dans sa lettre adressée au ministère des Terres. À la lumière de ces nouveaux éléments, Me Rama Valayden a demandé hier un renvoi pour prendre une décision. Il estime que cette lettre vient apporter une nouvelle tournure à cette affaire en cour.
Par ailleurs, la demande de Jonathan Gafoor, le représentant légal de Serge Gafoor qui est actuellement en Angleterre, a été appelée ce matin devant le juge Bobby Madhub. Dans un affidavit logé séparément de ceux de la famille Moorar, ce building contractor évoque ses craintes quant aux travaux de démolition et estime que ses proches et lui ne pourront plus jouir du même environnement. « Should the existing structure de demolished and/or pulled down, the applicant and the occupiers will have no access to Nelson Mandela Street and this will cause much hardship and inconvenience depriving them from the peaceful enjoyment of their right of way to reach Nelson Mandela Street », soutient Jonathan Gafoor dans son affidavit.