Le taux d’inflation pourrait passer de 0,4% à 2,5% en 2020

L’épidémie de coronavirus qui sévit depuis quelques semaines en Chine et ailleurs n’est pas sans conséquences sur l’économie locale, même si les mesures draconiennes prises par les autorités depuis le début de la crise sont parvenues à gérer le problème. C’est la lecture que donne AXYS Stockbroking, branche du groupe financier AXYS, qui vient de publier un rapport sur le sujet.

« La mise en quarantaine des voyageurs arrivant de Wuhan, la suspension des vols vers et en provenance de Chine, ainsi que l’interdiction d’entrée sur le territoire aux passagers ayant transité par la Chine et la prohibition des importations sont autant de “réactions proactives” qui ont permis d’endiguer une potentielle catastrophe », estime Bhavik Desai, Head of Research chez AXYS Stockbroking. Selon son analyse, l’épidémie affectera principalement le secteur touristique mauricien dans les mois à venir, avec une baisse potentielle des recettes des arrivées de touristes chinois d’environ 1 à 2% en 2020 par rapport à l’an passé. Ce qui devrait coûter à l’économie locale autour de 0,1% point de croissance, mais ceci est « le pire des scénarios », selon les termes du rapport. « En réalité, l’impact sera moindre, bien que les opérateurs et les hôteliers avec une forte clientèle chinoise devraient ressentir une constriction dans les prochains mois », précise Bhavik Desai.

En ce qui concerne l’export, les échanges commerciaux avec la Chine ne sont pas suffisamment conséquents (2% du volume national) pour véritable ment bouleverser le secteur. Toutefois, affirme le Head of Research, les importations de produits venant de Chine, et excluant les carburants et la nourriture, ont augmenté de 17% à 27% durant la dernière décennie. « Si nous assumons que les disruptions des échanges ne durent pas plus qu’un trimestre, et que nous ne trouvions pas d’autres sources d’importations, nous pourrions nous attendre à une baisse d’environ 3% des importations annuels, dans le pire des cas », est-il écrit dans le rapport.

Prenant tout cela et d’autres facteurs macroéconomiques en compte, AXYS Stockbroking estime que l’inflation nationale devrait passer d’un taux de 0,4% en 2019 à 2,5% d’ici la fi n de l’année, à cause de nombreux facteurs, comme des importations plus coûteuses.