Photo illustration Reuters

Des milliers de passagers de trois paquebots de croisière, au large de l’Etat de l’Australie-Occidentale, n’étaient pas autorisés mercredi à accoster, les autorités redoutant d’importer de nouveaux de cas de coronavirus.

Deux paquebots, l' »Artania » et le « Magnifica » sont ancrés au large du port de Fremantle, dans l’Etat d’Australie-Occidentale, alors qu’un troisième navire, le « Vasco de Gama », est à l’approche.

« En aucune circonstance, les passagers et les équipages ne seront autorisés à se promener dans les rues de notre Etat », a déclaré mercredi à la presse Mark McGowan, le Premier ministre de cet Etat.

Le « Magnifica », qui transporte environ 1.700 passagers, avait été brièvement autorisé à faire le plein de carburant à Fremantle mardi avant de poursuivre sa route en direction de Dubaï, aux Emirats arabes unis. Il a cependant été contraint de faire demi-tour en apprenant qu’il ne pourrait pas accoster à Dubaï.

Les autorités sanitaires australiennes ont procédé au dépistage d’une partie des quelque 800 passagers de l' »Artania » après que 25 personnes ont présentés des difficultés respiratoires.

L’Australie a fait état de cas de Covid-19 importés à l’arrivée récente de navires de croisière dans le port de Sydney, sur la côte est en Nouvelle-Galles du Sud.

Ainsi, au moins 133 des passagers et membres d’équipage du paquebot « Ruby Princess », ayant débarqué la semaine dernière à Sydney, étaient porteurs du nouveau coronavirus. L’un d’entre-eux est depuis décédé.

« Nous avons vu ce qui s’est passé au port de Sydney, ce fut un désastre total », a souligné M. McGowan.

Un quart des cas enregistrés en Australie-Occidentale est lié à des bateaux de croisière.

Plusieurs ports australiens ont déjà refusé le débarquement du « Magnifica, a déclaré Sheila Feuerstein, une passagère sur la radio locale 6PR.

Les 800 Australiens du « Vasco de Gama » attendu vendredi, seront placés en quarantaine sur l’île de Rottnest, au large de l’Australie-Occidentale. En revanche, 150 autres passagers devront rester à bord le temps d’organiser la suite de leur voyage.

« A aucun moment, ils ne seront autorisés à débarquer, sauf pour se rendre directement à l’aéroport sous étroite surveillance, ou s’ils ont besoin de soins médicaux vitaux », a précisé M. McGowan.

Cruise and Maritime Voyages, l’opérateur du « Vasco de Gama », a affirmé qu’aucun problème de santé n’avait été recensé à bord, après 13 jours passés en mer.

L’Australie a déclaré mercredi près de 2.400 cas de coronavirus confirmés et huit décès depuis le début de l’épidémie.