Robert Bon Werner, d’origine franco-suisse, a été reconnu coupable par la Cour intermédiaire du délit de bigamie. Il a été libéré sous une caution de “bonne conduite” d’une durée de deux ans et devra verser une amende de Rs 25 000. Au cas où il ne respecterait pas les conditions que lui ont été imposées, il devra purger un an de prison. À noter qu’il était également poursuivi pour avoir fourni des informations inexactes dans un affidavit juré en 2010. Il a écopé d’une amende de Rs 10 000 pour ce délit.
Cet habitant d’Albion croyait que son divorce avait déjà été prononcé et qu’il pouvait légalement contracter un autre mariage civil. Il était en effet marié à une Mauricienne en 2006 et s’était installé en France. Quelque temps après, des problèmes ont commencé à surgir dans le couple, son épouse décidant alors de rentrer au pays. En 2007, elle a entamé les procédures de divorce, ce à quoi n’a pas objecté le Franco-Suisse, qui a même accepté de verser une pension alimentaire.
Mais en 2008, Robert Bon Werner devait faire la connaissance d’une autre femme, tous deux décidant de vivre ensemble. Quelque temps après, le Franco-Suisse a dû quitter Maurice après avoir eu quelques soucis avec le bureau de l’immigration. Dans sa déposition à la police, il avait raconté que c’est suite à une plainte déposée par sa première femme qu’il a dû quitter le pays. Entre-temps, celle qu’il venait de rencontrer était tombée enceinte et, en 2010, après son retour à Maurice, cette fois muni d’un visa de touriste, il a décidé de rester auprès de sa concubine et son enfant, âgé de deux ans, officialisant les choses le 22 juillet 2010 en se mariant. Le Franco-Suisse a expliqué à la Cour qu’il croyait qu’il agissait dans la légalité et que son divorce avait déjà été prononcé. Par la suite, il s’est aussi séparé de sa deuxième femme. Il avait plaidé coupable.