La sélection mauricienne à l’entraînement, hier à Vacoas, sous la conduite du DTN Zoran Kovacic

La sélection féminine -20 ans de volley-ball ne compte pas faire de la figuration au cours de la 9e édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Une compétition qui se déroulera au Safaricom Indoor Arena de Kasarani au Kenya tout au long de la semaine prochaine et qui devrait regrouper au moins huit formations. Avec à la clé la qualification pour les championnats du monde prévus en Chine.

« Nous ne serons pas le petit Poucet de la compétition », prévient d’emblée Martine Bistoquet, responsable du groupe en compagnie du directeur technique national, Zoran Kovacic. Et de hausser dans la foulée les enchères. « Nous serons à la recherche de la qualification pour les championnats du monde. » Certes, la tâche s’annonce délicate avec la présence du pays hôte, de l’Égypte (sept fois vainqueur de cette compétition), ou encore du Cameroun, du Rwanda et du Nigeria, dont les équipes seniors possèdent un palmarès éloquent.

Toutefois, Martine Bistoquet veut croire dans les chances de ses jeunes protégées. L’apport du DTN, le travail de détection que ce dernier a mené à Rodrigues, l’expérience de certaines joueuses qui s’entraînent déjà avec la présélection nationale en vue des Jeux des îles sont pour elles autant d’atouts. « C’est tellement rare que nous participions à des compétitions de cette envergure. Autant en profiter, car cela servira de tremplin dans l’optique des Jeux des îles », confie-t-elle. Cette fois, la sélection mauricienne tentera de réaliser une meilleure prestation que celle enregistrée il y a deux ans à Madagascar lors de la CAN -18 ans, quand elle s’était inclinée face à l’Égypte et à la sélection de la Grande île.
Alors que le déplacement est prévu samedi en matinée, les séances d’entraînement se sont déroulées à un rythme accéléré ces derniers temps, avec deux séances quotidiennes au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Du côté des six joueuses venant de Rodrigues, l’accent a été placé sur une amélioration de la technique. Reste maintenant à soutenir la comparaison et à justifier le climat de confiance entourant la sélection.

D’autant qu’il se pourrait que les équipes soient divisées en deux groupes, car outre les formations citées plus haut, la République démocratique du Congo et l’Ouganda devraient être de la partie, alors que la participation de la Tanzanie et de la Guinée demeurait encore en suspens au début de cette semaine.

Forte de sa dixième place au classement mondial et de son hégémonie établie dans cette compétition, l’Égypte partira avec la faveur des pronostics. Toutefois, avec l’apport de son public, la sélection kenyane tentera de lui barrer la route. L’ancien entraîneur national Paul Gitau a été sollicité pour prendre les rênes de la sélection et sera assisté d’Halima Bakari et Elisha Aliwa. « Ce sera un challenge. En tant que pays hôte, nous serons sous pression pour décrocher la médaille d’or », a laissé entendre Paul Gitau.

La sélection mauricienne : Alexei Elmire (capt), Serena Chavry, Kacy Karuppanan, Romane Deschambeaux, Magali Larétif, Judith Pierre-Louis, Anne-Jelissa Perrine, Anaëlle Édouard, Dorina Nanette, Erika Cupidon et Manuella Cupidon
Dirigeants : Zoran Kovacic et Martine Bistoquet