Nous avons eu droit hier après-midi à la finale 100 % réunionnaise entre Jeunesse Sportive Bénédictine (JSB) et Case Cressonnière. Ce sont les premières nommées qui ont remporté la victoire, s’imposant sur le score de 23 à 17. Les protégées de Luciano Nouniana ont été intraitables depuis le début de la compétition et en toute logique, elles se sont défaites des Noirs, qui ont battu vaillamment, mais sont tombées avec les armes à la main.

Les deux formations étaient motivées comme jamais ! À l’heure de l’échauffement, les visages étaient fermés, concentrés. Il faut dire que l’enjeu était de taille. Les deux meilleures équipes de l’île soeur s’affrontaient pour le sacre suprême. Pour être couronné, il fallait sortir le grand jeu d’entrée et ce sont les Rouges et Blancs qui ont tout de suite mis la main sur le ballon, étant beaucoup plus agressives que leurs adversaires, avec notamment une défense hermétique et une attaque de feu. À la mi-temps, JSB menait déjà sur le score de 14 à 6. « J’ai dit à mes joueuses de démarrer la rencontre pied au plancher. Nou devions étouffer l’adversaire en nous montrant conquérant d’entrée dans le jeu. Vous savez, dans une finale, deux équipes peuvent être très fortes mais c’est au niveau de la mentalité qu’il faut assuré. Et mes filles étaient supérieures dans ce domaine en première période », a indiqué l’entraîneur, Luciano Nouniana.

À la pause, nous avons eu droit à du beau spectacle orchestré par Sports Dance Limitée, école de gymnastique rythmique, de Forbach. La directrice de l’école n’est autre que Iana de Morelos, d’origine russe. C’est d’ailleurs, cette dernière qui a fondé cette académie de gymnastique à Maurice en 2012. À titre d’information, la gymnastique rythmique est une activité gymnique mixte pratiquée essentiellement par un public féminin. Elle est réalisée au sol avec manipulation d’engins légers (corde, massues, cerceau, ballon, ruban), en individuel, duo ou en groupe. Les éléments sont chorégraphiés en étroite liaison avec la musique. Le public présent a été enchanté par la prestation.

Après cette intermède, les joueuses ont une nouvelle fois foulé le parquet pour les 30 dernières minutes de la partie. L’équipe Case Cressonnière est revenue avec de meilleurs intentions, tenant tête à JSB en réalisant de bons enchainements pour faire la différence. En face, elles ont géré en conservant leurs avance. « J’ai décidé de faire sortir quatre titulaires pour donner la chance aux autres joueuses de se montrer. De ce fait, l’équipe s’est quelque peu désorganisé et nous n’avons pas eu la même maîtrise que lors de la première mi-temps. Toutefois, nous avons bien géré notre acquis pour faire la différence et l’emporter », a soutenu le technicien réunionnais. En effet, c’est sur le score de 23 à 17 que JSB allait faire la différence. « L’année dernière, nous n’étions pas parvenu à gagner en finale. Nous avions une revanche à prendre et nous avons répondu présent. Je suis fier de mes joueuses qui ont fait preuve d’efficacité. Elles ont aussi été intelligentes tactiquement », a-t-il confessé. De retour au pays, JSB tentera de remporter la finale du championnat de la Réunion.

La finale masculine a vu la victoire de l’AS Chateau Morange, qui a pris la mesure de l’AS Tamponnais sur le score de 29-24. Petite consolation pour les représentants mauriciens pour la petite finale avec la victoire des deux formations de l’USBBRH (masculine et féminine). Face au CH Combani de Mayotte, les filles l’ont emporté dans la douleur sur le score de 29-28. En demi-finale, les Mauriciennes avaient été dominées par Case Cressonnière (26-38). Du côté masculin, les coéquipiers de Jean-Paul Shadrac ont dû avoir recours au tirs aux buts pour battre les Mahorais de l’AJHTsimkoura, 33 à 32. À la fin du temps règlementaire, le score était de 29 à 29.