Un individu a été reconnu coupable en Cour intermédiaire d’avoir fait de fausses accusations et d’avoir menacé sa belle-soeur pour inciter cette dernière à lui donner Rs 2 M. L’accusé avait avoué  dans ses dépositions qu’il avait menacé sa belle-soeur de faire de fausses allégations à la police, à l’effet qu’elle trempait dans un trafic de drogue, afin que cette dernière prennent peur et lui fournisse la somme réclamée.
C’est en novembre 2010 que le calvaire de la belle-soeur a débuté. Au départ, l’accusé lui téléphone, commence à l’insulter et lui demande la somme de Rs 2 millions. Il lui dit également que si elle ne coopère pas, il portera plainte à l’ADSU en soutenant qu’elle vend de la drogue. Le même mois, l’accusé lui envoie une lettre par la poste, lui indiquant qu’il la dénoncerait à la brigade antidrogue et à la Mauritius Revenue Authority (MRA), encore une fois en prétendant qu’elle importait de la drogue et qu’elle voyagerait grâce à ses revenus illicites. L’accusé poursuivra ses menaces jusqu’à ce que la belle-soeur porte plainte au poste de police de Vacoas, le 17 janvier 2011, car craignant pour sa sécurité. La victime soutient n’avoir pas réagi d’emblée car l’accusé était souvent ivre et avait l’habitude de proférer des insultes. La victime devait relater qu’elle n’était pas en bons termes avec son beau-frère depuis plus de 20 ans « pour une histoire de famille », expliquant qu’il serait en outre violent et porté sur la boisson.
L’accusé, pour sa part, devait nier les accusations portées contre lui, soutenant qu’il avait envoyé une lettre à sa belle-soeur pour une histoire de propriété familiale et qu’à aucun moment, il ne l’avait menacée ou insultée. La magistrate Wendy Rangan, prenant en considération les aveux de l’accusé et le fait que la version de la victime n’avait pas été remise en cause lors du procès, l’a reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir de l’argent de sa belle-soeur en l’intimidant par le biais de menaces et d’insultes.