COUR SUPRÊME: La famille Harte poursuit Imraan Hosany

Après les réclamations de Rs 65 millions au LUX* Grand-Gaube, la famille de Michaela Harte demande Rs 25 millions au rédacteur en chef du Sunday Times Imraan Hosany et Starprint Co Ltd. La somme sera versée dans la Fondation pour l’éducation des enfants vulnérables en Irlande.
Mes Dick Ng Sui Wa (avocat) et Bina Venkatasamy-Ramloll (avouée) ont logé une plainte en Cour suprême hier contre Imraan Hosany, rédacteur en chef du Sunday Times, et Starprint Co Ltd. Ils représentent John Mc Areavey (veuf de Michaela Harte), Mickey Harte (père de la victime), Marian Harte (mère de la victime) et les trois frères de l’enseignante irlandaise Mark, Michael et Matthew.
Dans l’édition du 15 juillet 2012, une série photos prises par la Scene of Crime Office (SOCO) ont été publiées, montrant Michaela Harte, inanimée, en bikini, dans la chambre 1025 de l’ex-Legends Hotel. Ces mêmes photos avaient été déposées devant la cour d’assises durant le procès contre Avinash Treebhoowon et Sandip Moneea. Des précisions avaient été ajoutées sur certaines parties du corps de la victime pour montrer les blessures qu’elle avait subies.
Selon la plainte, ces photos, ne relevant pas de l’intérêt public, constituent une « atteinte à la vie privée et à la dignité humaine ». La publication de ces clichés aurait causé « grievances, anxiety, shock, confusion, revolt and incommensurable pain to the plaintiffs ». Pour John Mc Areavey, cela constitue une faute (selon l’article 1382 du Code civil). Il réclame Rs 10 millions de dommages moraux. Les cinq autres demandeurs réclament Rs 2 millions chacun.
Les plaignants ont demandé que la cour ordonne aux défendeurs de leur payer Rs 25 M et interdise l’utilisation de ses photos à des fins de publication à l’avenir. La somme demandée, mis à part les dépenses matérielles, sera versée à la Michaela Foundation, association qui vient en aide aux enfants nécessiteux en Irlande dans le domaine de l’éducation.
Rappelons que John Mc Areavey a épousé Michaela Harte le 30 décembre 2010 en Irelande avant de faire un voyage à Dubaï puis à Maurice. Le 10 janvier 2011, dans la chambre 1025 de l’hôtel 5 étoiles, la jeune mariée a été tuée. Les deux employés d’hôtel, arrêtés par la police, ont été acquittés suite au verdict du jury des Assises.
En parallèle, la famille de Michaela Harte poursuit l’ancien hôtel Legends (rebaptisé LUX* Grand-Gaube après le drame) au civil. Elle réclame 1 299 440 livres (environ Rs 65 millions) à l’administration qui aurait failli dans sa tâche d’assurer la protection de ses clients.

Commentaires

Pa donne chance sa bann Mauricien criminell la; bizin payer saki zot semer............