COUR - VIOL ALLÉGUÉE D'UNE TOURISTE DE 17 ANS : Le barman relâché sous caution

Kovilen Moorghen, un barman employé à l'hôtel Tamassa, dans le sud, a récouvré la liberté sous caution hier en cour de Savanne. Il a eu à s'acquitter d'une amende de Rs 7 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 50 000. Ce dernier répond d'une accusation provisoire de sodomie sur mineure. C'est une jeune britannique de 17 ans, qui était en vacances avec ses parents à Maurice, qui avait allégué avoir été violée par le barman dans la nuit du samedi 5 août alors qu'elle s'était rendue dans la discothèque de l'hôtel. L'homme de loi du barman, Me Rama Valayden, devait par ailleurs logé une motion en cour demandant que les images de vidéosurveillance de l'hôtel du 4 au 5 août soient incluses dans le dossier à charge.

COUR | Rupture de contrat
Rs 7 M de dommages réclamés à la biscuiterie Rault

Claude Serge Sénèque, le fils de la fondatrice de la biscuiterie H. Rault, fabricant de biscuits au manioc, réclame des dommages de Rs 7 192 368 à la compagnie en Cour industrielle. Il reproche aux directeurs d'avoir « injustement », le 27 avril 2016, mis fin à son contrat de distribution de produits de la compagnie. Il avait quitté le business familial en 1991 et était revenu comme distributeur de produits en 1996. Il soutient d'autant plus qu'en 1999, il a été le responsable de la gestion de l'entreprise, ajoutant que ce serait grâce à lui que les recettes des biscuits au manioc ont augmenté, passant de Rs 50 000 à Rs 200 000 en mai 2007. Il a ainsi saisi la justice pour demander réparation après la résiliation de son contrat.

COUR INTERMÉDIAIRE | Blanchiment d'argent
Un ancien Welfare Officer de la DBM poursuivi

Sunil Dutt Kissoonah, un ancien Welfare Officer de la Development Bank of Mauritius, est poursuivi en Cour intermédiaire sous une charge de “money laundering”. Il fait face à 27 charges. Il est accusé d'avoir effectué des virements bancaires sur différentes comptes en 2004. Lors du procès lundi, son homme de loi, Me Gavin Glover, SC, a objecté à ce que le représentant légal de l'ICAC, Me Atish Roopchand, produise certains documents de la banque, arguant que ceux-ci n'avaient pas été mis en avant lors de l'interrogatoire de son client. Auparavant, le CI Naiken avait expliqué que l'accusé avait fait valoir son droit au silence et n'avait pas répondu aux question des enquêteurs et que c'est pour cette raison que les documents ne lui avaient pas été montrés. Me Glover devait insister que l'ancien Welfare Officer de la DBM n'avait pas été informé des charges qui lui étaient reprochées et des documents que détenaient les enquêteurs contre lui. Les deux parties ont débattu sur cette motion. Le procès a été renvoyé au 26 octobre. 


COUR INTERMÉDIAIRE | Vols de bijoux
Caution de bonne conduite pour trois jeunes

Trois jeunes habitant Bel-Air-Rivière-Sèche, âgés entre 20 et 23 ans, étaient poursuivis sous une charge de “larceny” devant la Cour intermédiaire. Il leur était reproché d'avoir, en 2010, et à trois reprises, volé des bijoux appartenant à leurs proches, à savoir des bagues, des chaînes, des bracelets et des boucles d'oreilles en or. Lors du procès, les trois jeunes avaient présenté leurs excuses aux proches qui les avaient dénoncé à la police et avaient pris l'engagement de rembourser la somme des objets volés. Tenant compte de leur jeune âge, la cour leur a infligé une caution de bonne conduite pour une période de deux ans. Au cas où ils ne respecteraient pas les conditions imposées par la cour, ils purgeront trois mois de prison.