Le Parlement a failli être prorogé vendredi. La veille, le leader du MSM avait pris la décision, face à l’échec, des négociations d’alliance avec un PMSD trop gourmand en termes de tickets, selon les orange. Pour remplacer les bleus — et surtout l’électorat qu’ils sont censés représenter —, le MSM avait choisi deux représentants d’une association dirigée par un homme d’église, et le Mouvement Patriotique avec des candidats supposés représenter des minorités. Selon les stratèges du gouvernement, il fallait profiter du supposé “feel good factor” créé par le “soft launching” d’une partie du métro léger pour annoncer l’alliance et la prorogation du Parlement.

Ainsi donc, jeudi soir, l’alliance MSM/ML/Communauté générale et Plate-forme militante était constituée et devait être annoncée en fanfare le lendemain. Un oubli concernant la nomination d’un candidat à un poste-clé de la fonction publique retarda la publication des bancs de la nouvelle alliance et la prorogation du Parlement. Encore une fois, les spin doctors — marmitons de la kwizinn — avaient oublié de prendre en considération les possibles conséquences de toute décision. Ce qui devait être un coup politique se transforma en farce en soulignant le fait que Pravind Jugnauth, qui avait joué au contrôleur pendant l’inauguration du métro léger, est loin de tout maîtriser.

En effet, l’alliance qui était supposée battre à plate couture les adversaires du gouvernement sortant, n’a duré que quelques heures, et la faiblesse et l’amateurisme du MSM/ML ont été étalées au grand jour

En effet, samedi matin, alors que le marmitons stratèges discutaient du meilleur moment pour faire annoncer la prorogation du Parlement, une information  sidérante commença à circuler. Il était annoncé que le Bureau politique du Mouvement Patriotique ne voulait pas ratifier l’accord d’alliance conclue par son leader avec le MSM! C’est ainsi qu’à midi, hier, le leader désavoué et minoritaire fut contraint d’annoncer à la presse que le BP de son parti avait décidé de rejeter l’alliance avec le MSM et de conclure une autre avec le PTr.

Du coup, la stratégie des spin doctors du gouvernement s’écroulait comme un château de cartes soulignant, une fois de plus, que le contrôleur ne contrôle pas grand-chose. À peine avait-on eu le temps de digérer l’annonce que l’alliance MSM/ML/MP/ Communauté générale et Plateforme militante tout juste constituée avait volé en éclats qu’une autre information sidérante commença à circuler.

En effet, dans l’après-midi, le leader du Mouvement Patriotique déclarait qu’il avait décidé de soutenir le MSM contre le décision du BP de son parti! À l’époque où il avait quitté le MMM, dont il fut pendant des années le leader adjoint, Alan Ganoo avait expliqué qu’il voulait montrer à son ancien parti comment faire la politique autrement. On peut dire qu’il a atteint son objectif : c’est la première fois dans l’histoire politique de Maurice qu’un leader refuse de suivre la décision de son BP et quitte son parti pour aller conclure une alliance en solitaire!

Les coustiks d’Alan Ganoo sont une illustration du niveau auquel est descendue la politique mauricienne et donne une indication de ce que certains sont capables de faire pour obtenir un ticket. Mais ce qui s’est passé samedi démontre surtout la faiblesse de l’alliance MSM/ML, malgré les déclarations de son leader quant à sa force et sa victoire aux  prochaines élections. En dépit de son contrôle de l’appareil d’État, de la MBC et d’une nouvelle presse, elle en est réduite à constituer une alliance avec les rejets de ses adversaires et les représentants de groupements qui n’ont pas grand-chose à envier à certains groupes socioculturels en termes de revendications de “boutt”. L’alliance MSM/ML en est donc réduite à accepter n’importe qui et n’importe quoi dans ses rangs. Même un leader qui avait annoncé qu’il soutenait la décision de son parti d’annuler l’alliance avec le MSM pour en conclure une autre avec le PTr,  pour faire marche arrière quelques minutes plus tard.

Qui peut garantir que d’ici le Nomination Day, Alan Ganoo, le spécialiste des coussins politiques, ne va pas quitter le MSM/ML pour essayer d’avoir un ticket du PTr? Au chapitre des politiciens capables de dire aujourd’hui, le contraire de ce qu’il affirmaient hier, Steeve Obeegadoo mérite une mention. Jeudi après-midi, sur les ondes d’une radio privée, il vantait les qualités politiques de Pravind Jugnauth, son nouveau leader. Il l’a fait avec pratiquement les mêmes termes qu’il avait  utilisés pendant des années pour vanter son précédent leader, Paul Bérenger!

Et certains osent s’étonner de la baisse de confiance et du manque de respect des Mauriciens pour la classe politique locale!